Packfilm reinvented … premiers essais

20 avril 2020   2 commentaires   permalink

Il y a peu (ou un peu plus) Polaroid abandonnait les films instantanés Peel Apart Pack 100 abandonnant à Fuji le marché certainement plus vraiment juteux.

Il y a peu (un peu moins … soyons précis), c’était au tour de Fuji de jeter l’éponge … finis les FP-100 couleur et FP-3000 noir et blanc. Un cataclysme pour les utilisateurs peu nombreux, un non-événement pour les autres … plus nombreux, beaucoup plus nombreux …

Quelques utopistes ont rêvé et le projet « packfilm reinvented » a germé, grandi et est arrivé à maturation. Un financement Kickstarter et le projet est devenu réalité. Avec les bons produits chimiques (récupérés quelque part aux states) mais sans les machines, les petites mains ont découpé, plié, empaqueté les « nouveaux » films … du pur artisanal, plus retour dans le passé que saut dans le futur. (Très) Chers aussi (28€ les 3 photos).

Our goal is to produce a product that gives full coverage, good color, smooth operation, and no light-leaks. We’ve learned however, that the camera, the quality and cleanliness of the rollers, and the way in which it is pulled out can all have a surprisingly profound influence on the quality of the image. Not to mention the weather, the storage conditions, the handling time, and of course the phases of the moon, tidal patterns, whether Mercury is in retrograde or not, cosmic rays, bad mojo, vibes, political unrest, etc… they all seem to have small but important influences on the result.

Artisanal, disais-je (vidéo YouTube) … chaque pack cartonné, dans un emballage digne d’un maître chocolatier (regroupant 3 packs) contient 1 (oui « une ») photo et doit être installé méticuleusement dans l’appareil. Méticuleusement, disais-je … j’avoue avoir inversé les languettes lors de l’installation de la première photo. Un raté couteux 🙁

Donc 3 premiers essais (sur Polaroid 250) … 3 minutes de développement, un « pelage » angoissé et … ça marche. C’est effectivement un retour vers le passé, aspect suranné/expiré garanti digne de Nicéphore Niepce. À vous de voir …

Cloué at home façon confinement, mes 3 premières photos « réussies » …

First try with One Instant peel apart film
Hanami ... First try with One Instant peel apart film
First try with One Instant peel apart film

1+

#pola²# … Autour de chez moi

5 mars 2020   0 commentaire   permalink

… en version orange is the new black.

Prendre un SX70 modifié 600. Lui adjoindre une lentille Lomography Orange (voir aussi ce billet). Sortir de chez soi et shooter …

Un parfum de duotone façon Impossible Project, Froyennes … église, moulin, château … et moi, et moi, et moi

Froyennes (Belgium)
Froyennes (Belgium)
Froyennes (Belgium)
Laurier
Froyennes (Belgium)
Moulin de Froyennes (Froyennes, Belgique)
Froyennes (Belgium)
Test ... orange lens with SX70
1+

#pola²# … Ciara, c’était hier en noir et blanc

16 février 2020   1 commentaire   permalink

… le vent soufflait encore. Juste pour dégager le ciel des nuages. Juste un lendemain de tempête.

Le ciel était bleu, bien bleu. Et le soleil pas timide …

J’avais chargé un SX70 de retour de réparation avec un film BW 600 Beta 19-03. Pas fan du noir et blanc dont je trouve(ais) peu esthétique (de gustibus et coloribus …) la tendance à virer sepia, il était temps de le sortir du frigo et de le tester …

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer … j’ajoutai donc un filtre orange (sensé absorber le bleu et mettre en évidence les nuages dans un ciel bleu).

Et effectivement, le bleu d’un ciel lumineux et paisible disparut totalement faisant place à une ambiance assez lugubre de fin de tempête … surprenant. À mettre au rayon de la post-vérité ;-). Manquent juste une ou deux sorcières chevauchant leur Brossdur 5 ou un élégant Nimbus 2000 et quelques chauve-souris porteuses du coronavirus …

Black sky ...
Black sky ...
Black sky ...
Black sky ...
Black sky ...
0

#pola²# … un soupçon de renouveau

20 janvier 2020   2 commentaires   permalink

Alors que l’hiver reste des plus discret, un rayon de soleil et le cœur bat un peu plus fort … On en viendrait à bourgeonner …

Et puis, il y a quelques semaines j’ai reçu un porte-filtre Spectra Effets Spéciaux pour le SX70. Le sympathique vendeur y avait joint une lentille Lomography Orange … La pauvre, elle déprimait inutilisée pas loin de moi. Que pouvais-je vraiment tirer d’elle ?

Il y a quelques années Impossible Project avait sorti quelques séries spéciales de films duotone, du blanc et noir revisité avec le blanc remplacé par du jaune, du rose ou du bleu. J’avais pas trop embrayé ne sachant pas quoi tirer de sympa avec ces pellicules particulières.

Et puis allez savoir, une pincée de sérenpidité, une louche d’ennui (celui qui vous pousse à faire n’importe quoi), et quelques autres ingrédients parfois indéfinissables, parfois moins comme cet hortensia en stand-by hivernal …

Hortensia in orange ...
Hortensia in orange ...
Hortensia in orange ...
Hortensia in orange ...
Hortensia in orange ...
Hortensia in orange ...
Hortensia in orange ...
Hortensia in orange ...
Hortensia in orange ...
0

Faute avouée … Printoss / Kiipix

6 décembre 2019   3 commentaires   permalink

… à moitié (seulement ?) pardonnée. Oui, j’ai fauté … et reçu un Kiipix. « Kesako ? » pourriez-vous de plein droit vous écrier.

En fait il s’agit d’un bidule qui imprime des tirages instantanés à partir de la photothèque de votre smartphone … chimère numérico-analogique, devrais-je dire. Un objet à faire frémir les purs polaroidiens qui ne jurent que par l’analogique … sauf quand ils sont obligés de scanner leurs polas pour les partager ou en faire des tirages.

En octobre alors que j’étais au Japon, Polaroid Originals sort son Polaroid Lab, successeur de l’InstantLab d’Impossible Project. Le but est, comme dit plus haut, de sortir un pola à partir de votre smartphone. Finies les bonnes (ou mauvaises) surprises d’un appareil Polaroid pas toujours de bonne volonté. Vous traitez votre photo numérique et ne l’imprimez analogiquement que lorsque le résultat vous satisfait. Moins de gaspillage, c’est évident. Et moins de surprise, de chaleur, de vie, ça c’est subjectif. Et si pour moi le Polaroid Lab n’est pas totalement convaincant, il suffit de voir certains montages réalisés par des polaroidiens de talent pour se convaincre que l’objet n’est pas un obstacle à la création.

Je décide de faire le pas et d’essayer la bête … jusqu’a ce que je constate que mon smartphone (un iPhone SE, plus vraiment neuf mais avec une taille discrète qui me plaît) n’est pas compatible … un problème de « réalité augmentée » (la réalité n’est-elle pas suffisamment réelle pour chercher à l’augmenter, non ?) me confirme le service après-vente de Polaroid Originals. Exit le Polaroid Lab … snif et belle économie.

En me baladant dans le magasin Loft de Shinjuku, je tombe sur le Printoss du fabricant de jouet Tomy … une sorte de Polaroid Lab sans électronique, sans pile, tout manuel et utilisant les films Fuji Instax Mini (donc plus économique). Le tout pour moins de 30 euros.

Après avoir parcouru les forums et les avis mitigés je fais le pas et je me retrouve avec un Kiipix (c’est son nom hors Japon) en étant prévenu que l’écran de mon iPhone est un poil trop petit et que je risque d’avoir des bordures noires autour de mes photos.

Le Kiipix est rudimentaire de chez rudimentaire … plastique à tous les étages, pas de piles (une molette qu’il faut tourner, tourner, … pour éjecter le film), aucun réglage (donc pas d’app pour smartphone). Rien ! On déplie le bidule, on pose (très) précisément le smartphone (luminosité au max, rotation bloquée) et on déclenche. On mouline, mouline … pour éjecter le film (photo format timbre-poste, c’est de l’Instax Mini) et on attend le développement. Trois photos ratées (à moitié) plus tard (faut se faire la main) et bien, ce n’est pas (trop) nul un peu trop sombre peut-être (cela dépend de la luminosité du smartphone … à mettre au maximum) et les bordures noires sont bien là presque discrètes.

Mais à quoi ça peut bien servir ? Évidemment ce n’est pas vraiment de la photo avec un grand P … une esquisse plus ou moins précise et de petite taille. Tomy n’est pas Leica, juste un fabricant de jouets, le Kiipix n’a donc pas la vocation d’être un substitut d’« appareil » photo. À vous donc de trouver une utilisation … Ça peut être fun, assurément. Personnellement, je compte (attention, je suis un chouïa velléitaire) l’utiliser pour illustrer mes carnets de voyages (d’autant plus que les films Instax Mini se trouvent plus facilement que les films Polaroid et sont plus souples d’utilisation).

Une question subsiste … le Kiipix peut-il résister longtemps à une utilisation intensive … pas sûr. Le dispositif de pliage de l’appareil avec déplacement du bloc optique me paraît un tantinet fragile. Qui vivra verra …

1+

Où suis-je?

Vous parcourez actuellement Technique polaroid categorie dans obsolescence programmée.