Ne jamais dire jamais … Lomo Instax Square

16 février 2018   1 commentaire   permalink

Polaroidophile inconditionnel, jamais je n'aurais imaginé franchir les lignes ennemies et shooter du Fuji Instax. Et puis, au détour d'un financement participatif sur KissKissBankBank, un moment de faiblesse et, avouons-le, de curiosité pour le fruit défendu, je me retrouve avec un appareil Lomo Instax Square acceptant les films Fuji Instax Square mais aussi Mini (en changeant le dos).

Au déballage, en premières impressions, l'appareil est léger, relativement petit (car pliant avec soufflet), avec une forme angulaire héritée, selon certains, des anciens appareils de la marque russe. En noir il est discret et n'est pas trop encombrant (moins qu'un OneStep2 non pliant).

Le tout en plastique donne une impression de cheap … jour après jour, après dépliages-pliages successifs, va-t-il tenir le coup et garder ce look assez chic malgré tout (de gustibus …). L'obsolescence semble au programme. Ce n'est pas un bon vieux SX70 solide et fier de ses (plus de) 30 ans d'âge.

Au niveau des fonctionnalités, il est assez complet (flash, timer, modes Auto/B, multi-exposition, compensation d'exposition, compteur de photos, emplacement pour filtres colorés). Une petite télécommande est également astucieusement insérée dans l'appareil pour prendre des photos à distance. En remplaçant le dos on peut utiliser des films Instax Mini. Le tout utilise 2 piles CR2 et une pile bouton pour la télécommande.

Après avoir trouvé films (2 fois moins chers pour 10 photos qu'un Polaroid avec 8 photos) et piles (non fournies), je me suis directement lancé … Enfin, pas vraiment directement car la tenue en main n'est pas évidente … haut-bas ? Gauche-droite ? Déclencheur ? Avec un peu d'habitude …

Grosse déception … le viseur … tout petit et pas vraiment adapté à un myope porteur de lunettes. Je ne distingue pas vraiment le cadre de la photo. Faudra s'y faire … D'autant plus que ce n'est pas un SLR et un décalage entre ce qu'on vise et ce qui sera sur la photo n'est pas impossible (en fait réel pour les faibles distances). La mise au point se fait par un curseur … on choisit/estime une distance entre 0,8m et l'∞, l'appareil fait le reste. Assez bien …

Deuxième déception (attendue, celle-là) … les photos square ont le look des polas mais en (beaucoup) plus petit (surface de la photo 37,1cm² contre 59,3cm² pour les polas). La différence de prix des films trouve ici un début d'explication …

Le couple Lomo-Fuji fonctionne assez bien et le résultat est honorable … développement rapide, photos assez bien définies, couleurs fidèles. Les films Fuji sont bien maîtrisés au détriment de ce qui fait le charme (ou pas … les avis sont partagés) des films polas plus sensibles à l'humeur du temps, de la chimie et du photographe. Et, à confirmer, une tendance à la surexposition (par beau temps en extérieur, pas de flash et corriger l'exposition à -1) …

Vais-je vraiment l'adopter ? Qui sait ? L'appareil est convivial … photos moins coûteuses, développement plus rapide … on shoote, on échange et … on oublie ? Moins de créativité, photos plus petites, impression de fragilité (mon sac photo n'est pas n'est pas un couffin, loin de là). Plus de fun que de passion … Non, il ne va pas détrôner mes polas.

Quelques confrontations (oui, Fuji est moins cher mais sensiblement plus petit) Polaroid Originals (SX70/Color600) et Fuji Instax Square (Lomo Instant Square) …

… première photo dans un Bruxelles grisailleux …

 

… les munitions (intérieur/flash) …

 

… et pourquoi pas 😉 du Streetart à Tournai (artiste inconnu) …

 

… ou à Bruxelles, Seth GlobePainter à Anderlecht …

 

… ou Samuel Idmtal à Saint-Gilles …

 

SX70 … encore plus près (test tele lens)

22 septembre 2017   0 commentaire   permalink

D'origine, 2 lentilles additionnelles peuvent agrémenter le SX70 … le close-up (#121. J'en parlais ici) pour macrophotographie et le télé 1.5 (#119A) difficile à trouver sous nos latitudes et … cher.

Pour fêter le retour de Polaroid (Impossible Project cédant son nom pour des raisons commerciales assez évidentes) et des nouveaux films, je cherchais à offrir un télé à mon (terme générique 😉 ) SX70. Finalement ce fut sur eBay, un vendeur US (bonjour les frais de port) … une centaine d'euros tout compris.

La lentille, assez lourde (4 éléments en verre, gage de qualité ?) se clipse sur le SX70 en gardant, partiellement dégagés, la molette de mise au point et le bouton déclencheur. Attention, tel quel, le #119A ne peut être installé sur un SLR680 (mais bien sur le SX70 Sonar) : Un petit ergot en plastique dont le rôle ne semble pas prépondérant (de là à le supprimer …) sur le haut de l'armature de la lentille empêche la fixation.

Qu'en dire ? Evidemment le télé n'est pas extrêmement performant mais peut être utile (non, je n'ai pas testé les portraits – un jour peut-être, lorsque mes craintes de voler les âmes auront disparues – pour lesquels son utilisation s'avère intéressante). La distance minimum pour le sujet est de 61cm.

Quelques exemples …

{Polaroid SX70 modif 600 / Film Impossible Project Color600}

 

 


{Polaroid SX70 / Film Polaroid Originals Color SX70}

 

Keith Haring cadre chez Impossible Project …

18 juillet 2017   1 commentaire   permalink

Impossible Project vient effectivement de sortir une édition spéciale de son film Color600 … rien de neuf côté chimie mais un cadre à la façon de Keith Haring.

J’aime Keith Haring pour sa fraîcheur, sa (trop ?) grande simplicité, son parcours, son art accessible, inspiré du graffiti, à mille lieues d’un intellectualisme déprimant. Et le voilà qui se retrouve en cadre de polas. Triste sort ?

Pour un inconditionnel (proche de l’intégriste viscéral) du cadre blanc cela tient/pourrait tenir de l’hérésie ou, à tout le moins, de la faute de goût. Un peu comme Fuji qui en Hello-Kittysant (ça se dit ?) ses films (et ses caméras) peut attirer un public ad hoc, Impossible Project, sur un axe plus intellectuel (?) fait de même … Le business a ses raisons … Et tant mieux si cela dope les ventes, attire un public et assure la pérennité de cette société. C’est tout ce que je souhaite.

Sur un plan plus « photographique », j’ai l’impression que ce type de cadre « bouffe » la photo. Le regard se porte sur ces sympathiques silhouettes colorées imbriquées et en oublie la partie centrale, l’instant qu’on a voulu graver dans le marbre photosensible.

Réticent mais aventurier, j’ai commandé quelques packs de cette cuvée. La boite est assurément jolie et, apres déballage, la question s’est posée … qu’allais-je photographier ? Alors qu’un cadre blanc va avec tout, le cadre Keith Haring me paraît plus difficile à assortir et pose le difficile problème de trouver un sujet en adéquation …

Apres une première photo test (le colis arrive, on déballe fébrilement et on veut tester sans plus attendre), une Hemerocallis, pas trop décevante …

 

… je me suis tourné vers ce qui avait inspiré Haring, le graffiti … (à vous de juger)

 

 

 

 

{Polaroid SLR680 / Film Impossible Project Color600}

 

J’ai testé le service de réparation d’Impossible Project …

2 juillet 2017   0 commentaire   permalink

… le 8 juin, bien malgré moi, mon SLR680 s'est mis dans la tête de « patiner de l'auto focus ». Je pense que c'est une maladie courante, une sorte d'alzheimer, pour ces vieilles machines.

En fait, l'auto focus semble fonctionner (?) mais plus sur la plage complète des distances sous 3 pieds (feet) … plus rien.

Un seul SLR vous manque et tout vous paraît dépeuplé …

Auparavant il était possible de déposer la bête à l'Impossible Shop parisien qui se chargeait de l'envoi et de la réception. Actuellement il faut traiter directement avec Impossible Project aux Pays-Bas.

La procédure à suivre est d'abord l'envoi d'un mail (indiquer repair dans l'objet pour un service rapide … j'ai oublié) à Impossible qui communique dans les 48h l'adresse où envoyer le pola qui sera alors nettoyé et autopsié. Un devis est envoyé et, si acceptation, la réparation (entre 25€ et 150€ est effectuée sinon Impossible vous réexpédie le malade pour 25€.

C'est ainsi que le jeudi 8 juin, j'ai envoyé le mail à l'adresse service(at)the-impossible-Project.com.

Le 9, réponse du service de réparation reprenant les conditions de réparation (entre 50€ et 125€ pour un SLR680 et, éventuellement, 20€ pour le skin partiel ou 40€ pour le total) et me donnant une adresse pour l'envoi du pola.

Le précieux colis est envoyé le 15, il arrive le 19 et le 23, une réponse … l'obturateur doit être remplacé, le sélecteur de pellicule de film doit être ajusté, avec le nettoyage … 150€ (sans les frais d'envoi). 🙁 Un peu cher (dans l'absolu … sinon c'était la poubelle) évidemment mais il (le pola et … le réparateur-salvateur) le mérite bien. Non ?

Le 28, nouveau message … Le SLR680 est sur le chemin de retour. Arrivée programmée (et respectée) par UPS le 29 🙂

Vite, vite un essai …

 

 

Et ce pola, c’est du … ? … et quelques fleurs sauvages

4 septembre 2016   1 commentaire   permalink

Cette question, je me la suis posée quelques fois … 600 ? SX70 ? Quelle « génération » ?

D’accord, ça ne rend pas la photo plus affriolante mais cela peut vous (j’ai tendance à croire universelles mes interrogations 😉 ) éclairer sur les qualités/défauts des différentes moutures chimiques d’Impossible Project.

Donc en fouillant sur le net, ici et là, un début de réponse m’apparaît et n’écoutant que ma passion je concocte une petite image (préférable au poids des mots) …

 

… pour constater un peu plus tard que la réponse se trouve sur le site d’Impossible 🙂

    • 02 : film noir et blanc pour SX-70
    • 32/33 : film noir et blanc pour 600 ou Image/Spectra (également duochrome)
    • 70/72/73 : film couleur pour SX-70 (également pour Monochrome Cyan SX-70)
    • 75 : nouveau (09/2017) film couleur Polaroid Originals
    • 80/82/83 : film couleur pour 600 ou Images/Spectra (également pour le Monochrome Magenta et Cyan 600)

 

Un billet sans pola est comme un rouleau de printemps sans nuoc-mam (quoique … pour qui me connaît je peux survivre sans cette sauce) … Faisons dans le végétarien en « 73 »

 

 

… ou en « 83 » …

 

 

Où suis-je?

Vous parcourez actuellement Technique polaroid categorie dans obsolescence programmée.