Instant Lab … ne dites jamais jamais …

28 décembre 2015   1 commentaire   permalink

L'Instant Lab d'Impossible Project est un produit curieux, hybride, issu de la rencontre de deux mondes l'analogique et le digital.

Vous permettre de tenir en main, de toucher, de donner, d'échanger la photo bourrée de pixels immatériels obtenue avec votre smartphone, tel est l'objectif de l'Instant Lab. Qui sait … un jour du fond d'une boîte de chaussures planquée au fin fond du grenier ressortira le pola. Je doute qu'il en sera de même avec les giga-octets d'instants magiques figés sur un disque dur ou dans le cloud.

Au départ, même si je n'ai aucun préjugé pour le digital, que ce soit pour le streetart (photos sur @necDOT pour lesquelles j'utilise mon APN Sony), les photos de famille (généralement l'iPod), les instantanés de la vie (voir la section de #pola vs hipsta#), l'objet ne m'attirait pas vraiment … le prix y était pour beaucoup. Alors un prix soldé plus un voucher de fin d'année (sympa Impossible), plus un « mais que veux-tu comme cadeau ? » … me voilà avec un Impossible Lab Universal. J'espère qu'il va bien s'entendre avec mon iPod (je suis allergique au téléphone).

L'Instant Lab Universal fonctionne avec un grand nombre de smartphones (voir liste des appareils compatibles). Un support particulier pour les « anciens » iPhone et iPod est fourni (attention, la découpe ne tient pas compte de la coque et le risque d'un mauvais positionnement du smartphone n'est pas nul …). La boite contient un cable USB pour le rechargement de la batterie (oui, l'Instant Lab n'utilise pas les batteries incorporées dans le pack film. Dommage que ce cable ne puisse pas être rangé dans un compartiment incorporé), un couvercle de protection et une pochette souple pour ranger l'Instant Lab. Cerise sur le gâteau, un bon de réduction de 20% pour l'achat de films (l'Instant Lab peut utiliser les films SX70 ou 600) était joint à l'envoi.

L'objet, plastique noir, compact, est dans la digne lignée des « folding camera » (SX70, SLR680) de Polaroid, surtout dans le déploiement de la tour télescopique (mais plastique un peu « cheap »). Il est assez étrange par son design sobre et son utilisation assez rudimentaire (volet obturateur).

En suivant le mode d'emploi succinct fourni (un peu plus de détails ici) et après chargement, on lance l'application iOS ou Android sur le smartphone, on suit les informations et c'est parti …

Mon tout premier essai (Hautes Fagnes, variantes) brut. Mes impressions encore vagues se préciseront certainement dans un prochain billet …

… un pola classique avec le Polaroid SLR680 et un film TIP Impossible Project …

 

… la photo numérique avec mon iPod 5g …

 

… et le pola Instant Lab obtenu à partir de la photo digitale …

 

Clap de fin pour ce premier essai, concluant en première impression, et plus d'infos à venir …

 

Le jaune et le noir … selon Impossible Project

30 septembre 2015   2 commentaires   permalink

Nouvelle série limitée d'Impossible Project … le film duochrome Yellow 600 … Why not ?

Impossible Project a besoin du buzz pour survivre, vivre, croître et plus (comme illuminer d'un sourire béat le visage d'un pola-addict lambda). Régulièrement des séries spéciales sortent des machines d'Enschede aux Pays-Bas allant du cadre façon peau de serpent ou flower power Laura Ashley à la chimie plus qu'improbable des cyanotypes ou autres magenta monochrome . Moi, un cadre blanc et une chimie prévisible (pas trop) me suffisent … mais je ne suis pas un artiste 😉

D'un côté, de réels progrès techniques comme la récente génération de films noir et blanc et, très probablement, les films couleur 2.0, de l'autre côté un peu de paillettes, de gadget, de people … l'un alimentant l'autre et réciproquement.

Le nouveau film duochromeYellow 600 (bordure noire) synthétise cette dualité : remplacer le blanc des très bons films BW600 2.0 par du jaune, créer un partenariat avec un people-artiste plutôt 3.0 ;-), Jack White et sa maison d'édition de Nashville, Third Man Record, limiter la production (10.000 packs, ai-je lu quelque part) et … ça roule. Ajoutons un petit slogan tout aussi accrocheur

Your Turntable's Not Dead. Neither is your Polaroid Camera. (Third Man Records)

Ou encore …

« Photography using mechanical means is a beautiful art form. Digital pictures are very portable and easy to make happen, but you can’t hold the photo in your hand, or put it in a family album. There’s a romantic feeling of pulling a photograph out of a polaroid camera, holding it your hands and showing it to others. It can’t be replaced or replicated.” — Jack White (Impossible Project)

Et le film ? C'est bien du duochrome, noir et jaune, fortement contrasté (comme les nouveaux BW), bien net, ISO 600 (dans un SX70, il faudra prévoir le filtre ND), à développement rapide (quelques minutes), sans protection nécessaire à l'éjection (la frog tongue sur mon SLR680 ne peut lui faire du tort), un peu plus cher (21€ au lieu de 20€ pour un film « normal » sur le webshop d'Impossible) …

Et les photos ? Tout est question de feeling … à vous de voir … Mamy soufflant son gateau d'anniversaire, la copine Shirley en dessous affriolants, le château de Versailles par temps gris, un sein délicatement devoilé, une nature morte, … oui, à vous de voir. Le plaisir y sera certainement et le résultat … aussi, bien évidemment 😉

Mon premier pack reçu, moi-même bloqué à la maison par un petit virus inaugurant le début de l'automne, ma maison n'étant pas Versailles et Shirley étant absente, ne voulant pas attendre j'ai improvisé …

Si j'étais artiste je pourrais vous parler de l'ironie végétalo-organique qui suinte de ce portrait … mais non, juste un besoin irrépressible de faire un premier cliché à partir de … n'importe quoi … pour obtenir … n'importe quoi si ce n'est un pola, juste pour voir combien le jaune est jaune et le noir noir …

 

… et pour suivre deux autres natures assez mortes (style « obsolescence programmée m'a tuer ») …

 

 

… et pour finir, en attendant plus et mieux, deux photos en extérieur … dr Voodoo (« Dormez ! Je le veux ») et Misty (?) …

 

{Polaroid SLR680 / Film TIP Yellow 600}

 

Plus et mieux (ça ça reste à voir 😉 ) à venir mais je resté attaché (scotché ?) au classique bordure blanche, film couleur ou noir et blanc … profitons cependant de cette opportunité pour explorer des terres inconnues (et revenir rassasié en terre connue).

Et déjà (voguant sur la vague du succès ?), Impossible annonce la sortie d'une édition limitée de duochrome Black and Green … perplexe, je suis.

 

Revigorer son Scan Adapter d’Impossible … une bonne idée de l’oncle Pol

17 août 2015   2 commentaires   permalink

Bien qu’il ne soit plus sur le shop d’Impossible le scan adapter est (était ?) un accessoire assez utile pour positionner et scanner 4 polas en même temps (2 en format Spectra) et sans anneaux de Newton (j’en avais parlé ici).

Il s’agit d’un support plastique rigide avec 4 encoches (chacune de la taille d’un polaroid) avec fond préencollé (une colle « légère » style Post-it). On fixe les 4 polas. On retourne le cadre sur la vitre du scanner (les polas restent collés au support) et en évitant le contact direct du pola et de la vitre … plus d’anneaux de Newton. Après, on décolle les polas sans traces de colle.

Mais, hélas, obsolescence quand tu nous guettes, après un certain nombre de scans (collage-décollage … plus de 1000 selon Impossible moins selon la police), la colle … ne colle plus. Impossible préconise d’humidifier pour revigorer le collant … bof, bof … pas vraiment efficace.

Après avoir cherché une solution (autre que la décharge 😉 ) , j’ai trouvé chez 3M un collant adhésif double face, l’une avec collant « permanent » et l’autre avec collant « repositionnable » style Post-it.

Les commerçants spécialisés de ma région me reçurent avec un grand sourire régional et, après avoir écouté ma requête, me fixèrent avec un regard particulièrement vague tout aussi régional. Pour eux, j’étais à la recherche du Graal, pas vraiment spécialité régionale. Non, l’idée était plus que lumineuse mais le produit n’existait pas, régionalement parlant s’entend 😉

Et c’est ainsi qu’en quelques clics sur Amazon, deux petites semaines d’attente, et, ne cachons rien, le versement de $27.6 (frais de port un peu élevés compris), j’ai reçu mon rouleau de 3M Scotch 928 ATG Tape (repositionable).

Aussitôt reçu, aussitôt resté … oui ça correspond à mes attentes … placement aisé (d’autant plus si vous avez commandé le « dispenser »), pas de traces sur le pola, … Reste une inconnue, le nombre de repositionnements (3M parle de 1000 … Oui, eux aussi. Optimisme commercial, je suppose).

Les premiers polas scannés … C’était à Amiens au début du mois d’août …

 

{Polaroid SLR 680 / Film TIP BW600 2.0}

 

 


{Polaroid SX70 Alpha / Film TIP SX70 Color}

 

et alors, le SX70 Color 2.0 beta, toujours content ?

24 juillet 2015   1 commentaire   permalink

Quel plaisir de tester les nouvelles chimies d’Impossible Project … l’impression de faire partie d’une aventure.

C’est à petites doses qu’Impossible balance sur son shop on-line ses versions beta. Aussitôt mises en vente, aussitôt épuisées. L’addiction au pola est telle que l’offre ne suffit pas. Tester, prendre des risques, … et payer aussi (un peu moins qu’un film normal) … oui, le pola-addict aime ça et … fait vivre Impossible Project. « Tant mieux », soupire-je car moi aussi je suis un pola-addict. Docteur, c’est grave ?

Donc, coup de chance (?), j’avais décroché le graal sous la forme de deux films SX70 Color 2.0 beta.

Les premiers essais furent positifs. Mais encore …

Question test, ne rêvez pas. Cerner les paramètres, en isoler un, varier les conditions, multiplier les essais pour avoir un échantillon statistifiable (oui, encore un nouveau mot … inventons, inventons, il en restera toujours quelque chose … ou pas) … et bien non. Ma carrière scientifique étant derrière moi, c’est au feeling, à l’intuition, au ressenti, au subjectif que je fonctionne (au prix du pola c’est peut-être préférable).

Et donc, j’ai continué à shooter du film beta, à la recherche de ce « plus mieux » attendu.

Les films Impossible ont toujours été capricieux, ronchons même … « j’aime pas cette température », » tu as bougé », « et la molette darken/lighten tu en fais quoi », « pas assez de lumière », « mauvais bain » … oui, capricieux 😉

Reconnaissons-le, entre les films que j’utilisais il y a 3 ans et maintenant les progrès sont évidents. Les ratés sont plus rares et, au prix des films, heureusement ! Mais il reste difficile d’attribuer à tel ou tel paramètre un raté ou un wowwww … Rien de tel que quelques nouvelles et fraîches photos pour se faire une (petite) idée …

… un bel exemple où les couleurs conservent leur personnalité : de la verdure, un vrai ciel bleu avec nuages et un tracteur bien rouge, hors cadre, dommage 😉

 

… les agapanthes, trépied et remote shutter (comme pour la photo suivante)…

 

… Pola et Zabou (le pola noir et blanc BW600 2.0 se trouve ici) …

… couleurs, piqué, … j’aime (à Bruxelles, allée du Kaai) …

 

… molette darken/lighten positionnée à une graduation vers darken tel que préconisé (toujours d’application pour la nouvelle chimie ? Les photos me paraissent assez sombres) par Impossible Project (la cellule du SX70 est calée sur la sensibilité des anciens films Polaroid légèrement moins sensibles que les films Impossible Project), je vise un ciel lumineux et un building (à Bruxelles, Gare du Nord), contre-jour partiellement masqué et … sous exposition.

{Polaroid SX70 Alpha / Film TIP SX70 Color 2.0 Beta}

 

J’ai testé le film SX70 2.0 Beta d’Impossible Project

8 juillet 2015   2 commentaires   permalink

Avec la reprise de quelques machines, une poignée de survivants de Polaroid décidèrent de redonner vie à ces petits bouts de cartons, captures d’instants de vie, ainsi qu’à ces millions d’appareils qui du jour au lendemain se retrouvaient privés de films …

Les machines ne suffisaient pas, il fallait aussi ces réactifs complexes capables de transformer votre pola en une usine chimique miniature … production insuffisante, réglementations environnementales … et les réactifs, eux aussi disparurent.

Les « survivants », un peu fous, se lancèrent malgré tout dans leur Impossible Projet … refaire autrement du Polaroid en repartant de zéro. Et comme l' »impossible » peut rester du domaine du possible à force de volonté, d’ingéniosité, petit à petit, ils donnèrent une nouvelle vie au Polaroid.

Assez loin des « caprices » des premières moutures, Impossible commença à dompter le processus et pu s’adresser au (presque) grand public.

Un grand pas a été franchi pour les films noir et blanc avec la version 2.0 et, maintenant, c’est au tour de la version couleur.

Si, sur papier, pour les ingénieurs d’Impossible, la recette semble au point, mais, sur le terrain, dans les multiples configurations « rencontrables », il n’en est peut-être pas de même et rien de tel que de multiplier les tests … trial and error et, petite touche par petite touche, le succès est/sera au bout du processus.

Avec un peu de chance, je me suis retrouvé avec 3 packs de films SX70 Color 2.0 Beta et … premières impressions (conditions estivales … bonne luminosité et température élevée à très élevée)

  • la protection (shielding) du pola à l’éjection n’est plus nécessaire …
  • le processus de développement est (un peu) plus rapide. L’image commence à se dévoiler après 5-10 minutes et le processus s’achève après une trentaine de minutes … le vrai instantané, celui qu’on partage (presqu’) immédiatement n’est pas encore au rendez-vous contrairement au noir et blanc 2.0 …
  • les couleurs sont brillantes, assez fidèles …
  • les photos sont bien détaillées …
  • que passera-t-il dans les conditions « extrêmes » de température sachant que pour un pola Impossible, les conditions optimales de température se situent entre 13 et 28°C) ?
  • sur ces films beta certains ont constaté la présence de rayures et de lignes peu sympas, moi non … béni des dieux ?

Et c’est ici que certains, tristement, voient disparaître l’imperfection, l’inattendu qui rendait, à nos yeux, les polas si … parfaits.

Mes premiers essais fleuris …

… un gazania …

 

… du pourpre avec une clématite …

 

… de l’orange avec un glissement de couleur inattendu …

 

… et une version (particulièrement réussie 😉 ) SX70 première génération (comme quoi, même les vieilles générations avaient du bon)…

 

Où suis-je?

Vous parcourez actuellement Technique polaroid categorie dans obsolescence programmée.