The Old Man by Bonom … and me

2 septembre 2014   0 commentaire   permalink

Lorsque presque par hasard et en un lieu inattendu (c’était au Japon), j’ai découvert le street art (c’était un collage du duo Ella et Pitr), très vite, de retour en Belgique, ce furent les œuvres de Bonom qui attirèrent mon attention. Le bonhomme à moins que ce ne soit le Bonom, grimpait en des lieux improbables et y apportait son empreinte … je pense à l’araignée et à ce serpent à tête humaine du côté de la gare Bruxelles-Chapelle.

Depuis, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts, Bonom a subi l’ire de la justice (paraît qu’il dégradait les lieux publics), s’est (un peu) rangé côté « vandalisme » et varappe urbains. Et puis, en 2013, après quelques temps de rémission une poussée irrépressible et ce furent, en reprenant les termes des journaux, les « Bonom érotiques » … une vieille dame peu habillée du côté de l’avenue Louise (à Bruxelles) et un vieux monsieur tout aussi nu mais néanmoins prude un peu plus loin (porte de Hal).

Certains ont crié leur réprobation (encore qu’en Belgique on ne crie jamais fort sachant que, suite à un compromis âprement discuté, tout et son contraire peuvent/doivent cohabiter). Heureusement le cri est parfois stérile et les pignons barbouillés par le bon Vincent, le sont restés … ce n’est plus seulement le mur nu qui fait face au nuage …

J’avais photographié en 2013 ces œuvres pour @necDOT, mon autre blog streetart 100%, et, en juin, la revue Graffiti Art me demande le droit de publier une photo (celle de la vieille dame) pour son dossier street art tour dans les villes européennes. J’acceptai tout heureux et … oui, tout le plaisir (et uniquement le plaisir) était pour moi et les économies pour eux (je crois savoir qu’ils avaient contacté d’autre(s) photographe(s) plus gourmand(s)). The deal … 😉

Tout ça pour introduire ces deux polas … (Oui, tout ça pour ça)

 

 

{Polarois SX70 Sonar AF / Film Impossible Project SX70 Color}

 

0

#bruxelles# Enfer et damnation … Où ai-je la tête ?

15 février 2013   0 commentaire   permalink

Depuis que j’ai découvert Hipstamatic, j’ai tendance à délaisser mes appareils plus « pros ». Shame on me, certainement. Je trouve certains combos pleins de charme, d’ambiance … ni trop, ni trop peu, impossible [1. Je parle de moi ] à recréer avec un logiciel d’édition.

Mon problème, quel que soit l’appareil utilisé, est que je joue beaucoup avec les réglages et qu’après avoir laissé s’installer un désordre total dans les paramètres (trial, trial and more) j’oublie de revenir à ce qu’on pourrait appeler un réglage standard, par défaut. Après la tempête, systématiquement je laisse la mer démontée …

Évidemment, lorsqu’on constate a posteriori, qu’on a shooté avec des paramètres inadaptés et que les (beaux) moments (mal) saisis font définitivement partie d’un passé révolu … on râle. Oui, enfer et damnation !.

Ainsi, il y a quelques jours, je déambulais dans Bruxelles , nez en l’air, suivant à la trace le retour de Bonom, saisissant ici et là un instant [2. Gardant mon Canon 600 légèrement encombrant pour les fresques du sus-dit Bonom] avec Hipstamatic [3. De plus Hipstamatic a – défaut ou qualité ? – la particularité d’appliquer le filtre à la prise de photo sans sauvegarde de « l’original ». Il n’est donc pas possible de changer de combo (film+filtre+flash) sur la même photo. ]. Et ce n’est qu’à la fin de la journée je constatais que toutes mes photos étaient prises en résolution moyenne [3. Quant au Canon, la moitié des photos étaient prises à 1600 ISO, généreux, inutiles et légèrement destructeurs]. Oui, enfer et damnation !.

Au Mont des Arts …

0

Où suis-je?

Vous consultez actuellement les billets avec le tag Bonom dans obsolescence programmée.