Impossible Project, noir et blanc et … Kyoto

3 octobre 2018   0 commentaire   permalink

Suis-je en froid avec le noir et blanc ? Il est vrai que le noir et blanc n’est pas vraiment ma tasse de thé. En parcourant ce blog, vous l’aurez remarqué. Le noir et blanc introduit-il une composante esthétique, une distance non désirée par rapport à la/ma réalité (il m’arrive aussi de broyer du noir … mais en couleur) … peut-être ? La question reste ouverte.

Cela étant, vous (oui, vous êtes plus que 2 à parcourir ce blog quotidiennement 😉 ) l’aurez remarqué, il y a peu je publiais quelques photos de l’exposition Strokar Inside … le vrai noir et blanc instantané du film Fuji FP-3000B. Une sensibilité (ISO 3000) supérieure qui vous permet de photographier dans une demi-pénombre sans flash, sans trépied. Hélas, Fuji en a stoppé la production et le film en version expired se retrouve sur le net à un prix à faire verdir le caviar.

Polaroid Originals aussi a son black and white. Je ne sais pas ce que valent les nouvelles mixtures car mes derniers essais remontent à 2017 (avec des films 11/2016 et 03/2017). A cette époque le film s’éjectait en noir et blanc, puis, très vite, virait au simili-sépia pas vraiment joli (?) et ce d’autant plus vite que la photo était exposée à la lumière. Triste paradoxe … on évite le numérique et ses photos oubliées au fond d’un disque dur et on se retrouve avec de l’analogique et des photos condamnées à rester dans le noir au fond d’une boîte).

C’est donc du fond d’une boîte que j’ai ressorti ces quelque photos (films Impossible Project BW600) … Kyoto 2017, une brocante dans le temple Chion-Ji et le temple Arashiyama …

Flea market at Chion-Ji Arashiyama temple (Kyoto, Japan)

Flea market at Chion-Ji Arashiyama temple (Kyoto, Japan)

Flea market at Chion-Ji, Kyoto (Japan)

Arashiyama temple (Kyoto, Japan)

Arashiyama, Kyoto

0

#InstantLab# … deuxième vie pour vos photos ?

20 janvier 2016   2 commentaires   permalink

Il y a peu un Instant Lab d'Impossible Project faisait son apparition dans mon environnement photographique.

Pour rappel, avec l'Instant Lab, les photos numériques qui dorment au cœur de votre smartphone peuvent être capturées sur la pellicule au format “suranné” de Polaroid d'Impossible Project, imperfections – donc charme – de cette pellicule comprises.

 

L'objet n'est en rien vital mais ludique et convivial (… et coûteux aussi) comme imprimer, partager, sur place les photos (oui, même les selfies 😉 ) numériques. Mais gare à l'addition …

 

Il est créatif aussi … Une manipulation numérique, un soupçon de double exposition et le comportement imprévisible de l'émulsion et c'est parti.

 

Et pourquoi ne pas donner une deuxième vie à vos ” vieilles” photos numériques en les soumettant à l'Instant Lab … Par exemple, ces quelques photos prises en 2012 au Cambodge. Apres recadrage, le noir et blanc d'Impossible leur va bien (avis tout personnel) …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0

C’est du bon, y’a du pola et de la musique … Talking Heads

5 décembre 2015   0 commentaire   permalink

Dans un passé, lointain pour beaucoup, moins pour d'autres (pour qui le futur relève plus du court terme que du long terme), un groupe assez hors de mon commun qualifiable de pop neilyoungesque, avait accroché mes oreilles par une musique assez lancinante, planante mais non dénuée de trous d'air … Talking Heads. J'avoue que Tina Weymouth à la basse … n'était pas pour me déplaire. Mais ça c'est mon problème.

Le disque More Songs About Buildings and Food sorti en 1978 m'avait ramené vite fait à la rivière (Down by the river – de Neil Young, excusez-moi si je me répète – était, est et restera un des summa – un summum, des summa, non ? – musical de mon existence) avec le morceau Take me to the river

Et je suppose que vous vous demandez “et alors ?” … Patience, j'y arrive.

La pochette du sus-dit disque (allitération inélégante … tant pis) n'avait guère retenu mon attention et pourtant … une photomosaïque composée de 23×23 soit 529 (si, si, le compte est bon) polaroids, œuvre de Jimmy de Sana.

Il aura donc fallu pas loin de 40 ans pour que l'illumination se fasse et que la pièce tombe. Vous parlez d'un instantané … Evidemment, au prix que coûtent les polas d'Impossible Project au jour d'aujourd'hui (de demain aussi, je suppose … si la poule pond des œufs d'or on ne va pas en faire une poule au pot) il faudrait lancer un projet kisskissbankbank (Vous savez les trucs de participation collective, l'économie 3.0 du futur … proche) pour rééditer l'exploit de Jimmy de Sana.

Avant la video (un concert de Talking Heads … enjoy … Take me to the river débute vers 1h09) deux polas divers et (a)variés 😉 sans grand rapport avec le sujet du billet mais juste pour me faire musicalement plaisir …

… un échantillon de ma collection de cylindres (cherche phonographe désespérément) …

{Polaroid SLR680 / Film TIP Color 600}

 

… et le “blues du 13e” par Ojidjo …

{Polaroid SLR680 / Film TIP BW600 2.0}

 

 

0

#streetaroid# … Herakut, Zabou face à l’instant(ané)

28 novembre 2015   0 commentaire   permalink

Le pola c'est l'instant capturé avant de s'enfoncer irrémédiablement dans le passé.

Pour les oeuvres de streetart, éphémères par essence, l'instant peut se prolonger des jours, des semaines, ou plus … relativité de l'instant.

Parfois, la vie, la ville et l'œuvre se rencontrent, se télescopent et, là, l'instantané ne dure … qu'un instant.

Prenez garde Monsieur, Zabou est dans le coin (Butte aux Cailles) …

 

{Polaroid SX70 Alpha / Film TIP SX70 Color}

 

Au Mur d'Oberkampf, l'œuvre n'est présente qu'une quinzaine de jours. Inéluctablement, elle sera recouverte, quelle que soit sa valeur … Comme ce superbe portrait du duo allemand Herakut …

 

… un autre portrait, ailleurs, dans un endroit plus durable ?

{Polaroid SLR680 / Film TIP BW600 2.0}

 

 

0

#pola²# … Paris, Butte aux Cailles

22 novembre 2015   0 commentaire   permalink

#jesuisterrasse … Oui, bon, les hashtags se multiplient. Pas toujours marrants, pas toujours à propos, pas toujours de bon goût, pas toujours subtils, parfois déplacés …

Et pourtant face aux kalachs, rien ne vaut un bon hashtag … quoique …

En fait, il y a cette impression que tout se joue sans nous. Ils tuent là où ils veulent, là où ils peuvent. Ils sont tués aussi et ça soulage … un peu. On dit qu'on n'a pas peur mais on préfère rester à la maison, on sursaute, on scrute, …

Ils peuvent être à Bruxelles, à Bamako, à Paris … partout.

Et on rêve de pouvoir déambuler en sifflotant, de pouvoir s'asseoir à une terrasse, de faire des photos, de … avec comme seule préoccupation que de guetter ce petit nuage gris qui pourrait bien crever et donner quelques gouttes et gâcher une belle après-midi d'automne …

Un petit #pola²# (à la Butte aux Cailles), comme je les aime, paisible, urbain, avec un coulis de streetart …

{Polaroid SLR680 / Film TIP BW600 2.0}

 

 

0