Transfert d’émulsion avec les films Spectra Color d’Impossible Project …

21 janvier 2015   0 commentaire   permalink

Il y a un peu plus d’un mois, l’arrivée d’un Polaroid Image Spectra avait (temporairement) assouvi mon addiction polaroidophile.

La meteo hivernale est peu favorable au développement optimal des films Impossible Project (si je vous disais que mes poches sont assez petites et qu’y ranger sans le plier – attention danger – un pola au format Spectra est assez complexe. Du moins pour moi …) et je n’ai pu tester l’appareil aussi intensément que je le voudrais. Double exposition, par exemple 😉

Une question m’avait titillé un chouia : qu’en est-il du transfert d’émulsion pour les films Spectra Color d’Impossible Project ? A prime abord je ne voyais pas ce qui aurait pu poser problème. La technologie, que ce soit au format Spectra ou au format pack universel, devrait rester fondamentalement la même. J’ai donc utilisé ma technique et … ça marche.

Pour rappel …

  1. on découpe le cadre pour ne garder que la partie photo
  2. on la plonge dans de l’eau tiède. Progressivement un support rigide noir se détache. On s’en débarrasser.
  3. avec un petit pinceau, on enlève les résidus chimiques blanchâtres sur l’émulsion
  4. simultanément, l’émulsion se décolle (plus ou moins facilement suivant la température de l’eau) de son support en mylar (plaque plastique transparente). Avec le pinceau, on assiste ce décollage. L’émulsion se recroqueville, se ratatine … Il ne faut pas s’en soucier.
  5. on la transfère dans de l’eau froide. On plonge le support papier choisi pour le transfert (papier aquarelle) et on glisse (attention endroit/envers) l’émulsion par dessus (dans l’eau froide l’émulsion est plus docile)
  6. on retire l’ensemble de l’eau et on laisse sécher. On peut terminer par un passage en presse sous un gros dictionnaire (dernier usage connu pour ce genre de bouquin)

Et donc, après un test sur un pola raté, un diptyque de la fresque Metro Horta (Saint-Gilles, Bruxelles) des artistes bruxellois de FarmProd …

 

Et l’association des deux polas en diptyque …

 

 

 

 

 

 

0

Transfert d’émulsion avec le film IP B&W600

12 février 2014   1 commentaire   permalink

Cliché Hipstamatic modifié avec l'application Polamatic

Comme d'habitude il ne s'agit pas d'un test à la rigueur scientifique implacable, non … quelques essais, des impressions, qui ne manqueront pas de s'affiner.

Après avoir essayé « en vrai » le transfert d'émulsion de films Impossible Project SX70 et Color600, je me suis tourné vers le film B&W600 en lui appliquant « ma » technique décrite dans un précédent billet.

Et là, quelques surprises …

Après découpage des bordures, la séparation de l'émulsion sur la fine couche de Mylar (plastique transparent) et du fond cartonné noir ne se fait plus aussi aisément. L'émulsion adhère plus fortement au carton qu'au plastique. Il me semble que cela vient du fait que les résidus chimiques (entre l'émulsion et le carton noir) ont séché plus fortement et collent ces deux parties (les polas du test avaient plus d'une semaine … qu'en est-il avec une photo « fraîche » ? … À essayer). J'ai opéré différemment et en procédant avec délicatesse sous l'eau courante, j'ai séparé l'ensemble émulsion-résidus-carton du Mylar transparent.

Ensuite dans l'eau tiède, j'ai séparé l'émulsion du carton en essayant, avec un succès partiel, de la débarrasser des résidus chimiques blanchâtres .

L'étalement de l'émulsion sur le support papier aquarelle humide ne pose aucun problème. Et, après séchage, l'adhésion émulsion-support est parfaite.

… Et tout à coup un doute m'étreint … endroit-envers … si la caisse de la guitare est bien positionnée je doute pour le manche. En fait, je ne doute pas (j'aimerais…). J'en suis sûr. Et pourtant, à la pose, ça me semblait ok.

 

0

Emulsion lift (films Impossible) … le retour (conclusion ?)

8 février 2014   0 commentaire   permalink

Dans mes précédents billets (ici et ici), je narrais sur le vif mes tentatives de transfert d'émulsion de films Fuji FP-100C et Impossible Project (PX70, PX680, Color 600 et SX70).

J'ai abandonné (pour y revenir plus tard ?) les films Fuji. Évitons la dispersion contre-productive 😉 Et, bien que « ma » technique ne soit pas encore définitive, je procède globalement comme suit (désolé, pas de tutoriel video. Si vous avez des questions ou si voulez apporter vos suggestions – bienvenues, évidemment – utilisez les commentaires ci-dessous) …

  • On commence par découper les bords de la photo pour ne conserver que la partie exposée.
  • On sépare les deux couches superposées et on écarte le support noir.
  • On rince l'émulsion (toujours fixée sur un support plastique transparent) pour la débarrasser d'une couche blanchâtre de produits chimiques.
  • Ensuite, on plonge l'émulsion dans de l'eau assez chaude. Le décollage de la fine emulsion de son support plastique est assez rapide surtout si on « l'assiste » avec un pinceau (une fine zone en bordure à tendance, parfois, à résister …). Pas de panique si l'émulsion se recroqueville, s'enroule sur elle-même …
  • L'émulsion décollée est plongée dans de l'eau froide (1-2cm d'eau … moins il y a d'eau plus la manipulation est aisée) et posée/glissée (dans la video ci-dessous, le démonstrateur joue avec l'émulsion pour lui donner un peu plus de « vie ») sur le support papier aquarelle directement posé dans l'eau avec l'émulsion Impossible.
  • On peaufine le travail en « lissant » l'émulsion hors de l'eau avec un pinceau, ou un petit rouleau. On peut éliminer certains plis, des bulles d'air, … À ce stade, il est encore possible de replonger l'ensemble dans l'eau corriger/modifier/repositionner l'émulsion.
  • Pour terminer séchage et « mise sous presse » sous une pile de bouquins bien lourds.
  • On m’a conseillé de vernir (vernis anti-UV pour huile/acrylique) le transfert pour une meilleure conservation … je vais tester cette idée et vous ferai part très prochainement de mes constatations.

Quelques constatations (Impossible Project vs Fuji) supplémentaires …

Impossible Project Fuji FP-100C
Emulsion très fine

  • dans l'eau assez chaude, se décolle du support plastique assez rapidement
  • plus fragile (déchirement)
  • tendance à se recroqueviller fortement, à suivre tous les mouvements de l'eau … assez énervant
  • semble etre plus grande que la photo originale

Sur le support, la photo est moins lumineuse, moins nette.

Adhère fortement au support (papier aquarelle)

Emulsion plus épaisse

  • dans l'eau assez chaude, se décolle du support plastique assez rapidement
  • moins fragile
  • (un peu) plus rigide … manipulation plus aisée
  • semble « rétrécir » par rapport à la photo originale

L'émulsion transférée est plus lumineuse.

Adhère peu au support (se décolle lors du séchage). Nécessité l'usage de colle.

 

En passant aux choses sérieuses j'ai sacrifié ;-( deux polas formant panorama (aïe ! retour impossible) …

… le panorama original (assemblé sous Photoshop) …

… et le panorama transféré, au look d'aquarelle. L'émulsion transférée est stable (affirmation à vérifier. Comme dit plus haut, une petite couche de vernis anti-UV pour huile/acrylique pourrait lui assurer longévité et stabilité. Je testé sous peu … suivez mes prochains billets) et mériterait donc un petit encadrement …

Je viens de découvrir une video assez intéressante (la séquence où le « manipulateur » joue avec l'émulsion malléable à souhait, …), un peu plus complexe (utilisation du film plastique intermédiaire, à mon avis pas vraiment nécessaire avec les films Impossible), …

 

 

0

Emulsion lift avec Fuji FP 100C …

29 janvier 2014   1 commentaire   permalink

Comme pour les clichés couleurs Impossible Project PX70, PX680, Color600 ou SX70 (voir un précédent billet), le transfert d'émulsion est apparemment possible avec les films Fuji FP100-C.

Le transfert d'émulsion est assez sympa car outre le fait que les longues après-midi de week-end gris et froid passent plus rapidement, outre le fait que c'est une activité dont le caractère zen est indéniable (dérouler, étendre cette F**#}%+ émulsion visqueuse et récalcitrante … ), le résultat est intéressant (et il semblerait que l'emulsion transférée soit stable alors qu'un polaroid Impossible Project n'aime pas trop la pleine lumière).

Je disais donc que ce qui est possible pour les films Impossible (et non le contraire 😉 ), le serait aussi pour les films Fuji FP 100C … Ne reculant devant aucun sacrifice, je me suis livré à cet exercice …

Évidemment, se lancer à l'aveugle, est la meilleure façon de se planter … donc petit détour sur le net … des articles, des vidéos, … Et oui, le processus ne semble guère éloigné de celui utilisé pour les films IP. Sauf que certains utilisent une sorte de colle pour faire adhérer l'émulsion sur son nouveau support (IP vs Fuji). Les émulsions IP adhérant seules et sans problème, pourquoi pas les Fuji. J'ai donc essayé sans colle en suivant cette video (à partir de la 8e minute). L'utisation de la feuille de Plexiglas pour déposer l'émulsion sur le support apporterait-elle un petit plus (en évitant de tremper le papier dans l'eau, on pourrait envisager le transfert sur des papiers plus fragiles) ? …

Après deux premiers essais martyrs (ma provision de photos sans grand intérêt me permet de multiplier les essais 😉 ) , je vous livre quelques considérations « sur le vif » …

  • J'ai utilisé de l'eau bouillante (au sortir de la bouilloire électrique) et j'ai laissé tremper (en le déplaçant de temps en temps) le cliché Fuji pendant plusieurs minutes. Puis à l'aide d'un pinceau fin j'ai commencé à séparer l'émulsion du support. C'est relativement aisé.
  • l'émulsion Fuji est un peu plus épaisse que l'émulsion Impossible et est donc plus aisément manipulable sans qu'elle se recroqueville trop.
  • comme sur la video, j'ai glissé l'émulsion sur un support plastique (feuille A4 pour transparent).
  • j'ai humidifié le support final (papier aquarelle) avec un pinceau et j'ai appliqué le transparent avec l'émulsion. Le transfert d'un support à l'autre avec un positionnement correct devrait être aussi plus aisé.
  • hélas après séchage, l'émulsion n'adhère pas suffisamment, en fait pas du tout. Elle se décolle … il va donc falloir utiliser la colle ;-( (Comme ici)

Poursuivons l'expérimentation en « collant » l'émulsion. Je vais suivre la technique explicitée ci-dessous (pas de support Plexiglas et séchage partiel avant transfert). Comme gel, j'utilise ici du Gel Mat de Pébéo.



Et ça donne quoi ? Le cliché est un cliché martyr, juste pour l'essai et donc sans prétentions artistiques. Quelques considérations …

  • est-ce une impression ou une réalité … l'émulsion transférée semble « rétrécir » par rapport à la photo de départ.
  • j'étale la colle du bout du doigt sur le papier en une fine couche homogène. Elle semble efficace. Attention … les traces de colle (doigts, débordement, …) sur la face extérieure de l'émulsion sont visibles et peu élégantes 🙁
  • il faudra tenter quelques essais supplémentaires pour acquérir le tour de main.

Passons donc au résultat. Comme annoncé, il s'agit juste d'un premier essai maladroit sur un cliché banal …

En conclusion, je ne suis pas totalement satisfait du résultat et même si la manipulation de l'émulsion Fuji est au début plus aisée que pour les films Impossible, la taille/format et l'adhérence sans colle de l'émulsion Impossible me fait préférer cette dernière.

À suivre …

 

 

0

Transfert d’émulsion avec un film polaroid Impossible Project …

15 novembre 2013   2 commentaires   permalink

Un cliché polaroid/Impossible Project est une sorte de millefeuille où s'empilent différentes couches, support, photosensible, des produits chimiques étalés … indigeste en millefeuille mais sympa en photo.

Il se fait qu'un jour un fada un peu plus fada que la moyenne eut l'idée de dépiauter le millefeuille pour ne garder que la fine pellicule photosensible et la déposer sur un support papier … le transfert d'émulsion était né.

On peut trouver sur le net plusieurs vidéos (ou articles) décrivant le process. Toutes suivent avec leurs variantes propres le même schéma général …

  1. On découpe le pola en ne gardant que la partie « centrale », la photo. Il est alors possible de séparer le dos noir rigide de la partie « photo » (certains utilisent un cutter, d'autres des ciseaux) qui est débarrassée d’un résidu blanc poudreux à l’eau courante.
  2. La partie « photo » est plongée dans un bain d'eau chaude à tiède à chaud (les avis divergent). À l'aide d'un petit pinceau, on accompagne le décollement de la fine pellicule photosensible de son support plastique transparent. Avec douceur évidemment … fragile.
  3. On transfère la pellicule dans un bac d'eau à température de la pièce (une fine couche d’eau suffit pour éviter de donner trop de « liberté de mouvement » à la pellicule). Pas de panique si la pellicule se contracte, s'emmêle, se ratatine, se recroqueville au-delà de l'imaginable … Dans l'eau, il sera possible de l'étendre à nouveau … avec un peu de doigté, de délicatesse. (Maj : il est possible de réaliser cette opération directement dans le premier bac d’eau chaude … )
  4. On glisse un carton (papier dessin/aquarelle) dans l'eau, sous la fine pellicule. Et, toujours à l'aide d'un pinceau on étend le plus possible le film. On retire l'ensemble de l'eau en veillant à ce que le film reste à plat (doigté, délicatesse, persévérance au programme) . On peut alors, avec le pinceau et un peu d'eau éliminer les plis …
  5. On laisse sécher l'ensemble suspendu à une pince.

Le dire c'est simple, le faire demande un peu de dextérité, d'entraînement …

Après avoir visionné plusieurs vidéos, celle-ci me paraît la plus explicite (moins stressante, moins chirurgicale … 😉 )

 

Mais n'hésitez pas à visionner celle-ci, ou lire cette page ou celle-ci (et une technique similaire peut s'appliquer aux films Fuji FP-100, mais ça c'est une autre histoire …)

N'ayant peur de rien, voici mon tout premier transfert réalisé sur un pola que j'estimais raté, flou (mais en réalité, tout transfert d'émulsion donnera cet aspect flou) et pale. Oui, je vais m'accrocher …

Maj (14/12/2013) : un bel exemple d’utilisation créative du transfert d’émulsion. L’utilisation de l’Instant Lab d’Impossible apporte un certain « confort » car il est ainsi possible de retoucher (adapter le contraste et la luminosité) le cliché digital avant d’en tirer un pola.

Un second réalisé à partir d'un pola plus coloré …

Et un troisième où je « tente » 😉 d'associer 2 transferts sur le même support …

 

0

Où suis-je?

Vous consultez actuellement les billets avec le tag emulsion transfer dans obsolescence programmée.