#streetaroid# Tournai-Froyennes, les artistes urbains descendent …

30 juillet 2014   2 commentaires   permalink

La gare, que dis-je, l’arrêt de Tournai-Froyennes (quelques casemates rudimentaires et une borne distributrice, contre paiement, de billets n’en font pas/plus vraiment une gare) fait certainement partie de ces arrêts anecdotiques, survivants oubliés d’une époque (presque) passée, sûrement en bonne position dans la liste à supprimer des gestionnaires es-rentabilité. Située entre Tournai et Lille, est-ce la proximité de l’école Saint-Luc et du mémorable pensionnat de Passy-Froyennes drainant des étudiants belges et français qui lui assure la pérennité ?

Les abris et leurs murs s’offrent aux étudiants qui peuvent/veulent/osent déployer (dans ce que je suppose être une illégalité tolérée) leur art in vivo. Il faut un commencement à tout, même au street art. Hélas … il s’agirait ici plus de murs « de brouillon » que de copies définitives, assumées et matures. J’imagine qu’il en fut ainsi pour les gars de FarmProd (ils kottaient dans une ferme voisine, d’où leur nom) qui usèrent leurs fonds de culottes 😉 sur les bancs de Saint-Luc et qui, peut-être, sur ces mêmes murs étrennèrent leurs premières bombes.

Barbouillage avant barbouill’art …

Et pourtant, cette année, les casemates-abris ont été repeintes en blanc, pas vraiment une vision à long terme, à la limite une sorte de provocation. Et très vite, la vie « artistique » a repris le dessus … allant jusqu’à rebaptiser le lieu en skull station.

Et, même si certains graffitis sont inachevés et dûment estampillés « pas fini » ou « to be continued » par leurs auteurs (rattrapés par les vacances, reviendront-ils en septembre achever graffs et études ?), certaines réalisations sont assez prometteuses mais …

Un graff m’a d’abord attiré … au pochoir, noir et blanc avec cette mention « I wish I was a street artist » , oui talentueux ce jeune. Mais aussi deux signatures « Zabou » et « Blouh » et, une petite recherche plus loin, non Zabou n’est pas une étudiante et oui, Zabou a déjà une vie artistique partagée entre la France et le Royaume-Uni. Tout comme Blouh. Mais, boudiou, que faisaient-ils à Froyennes ?

 

Warning, un train peut en cacher un autre

 

 

{Polaroid SX70 Sonar AF / Film Impossible Project SX70 Color}

 

Et en pack 100 Blue, du polaroid expiré …

 

{Polaroid Land 240 / Film Polaroid 100 Blue (exp. 05/2009)}

 

0

#gifstamatic# Le train sifflera-t-il 3 fois ?

19 février 2013   0 commentaire   permalink

La vapeur ayant fait place à l’électricité … finis les sifflets. Ce qui n’empêche pas les trains de passer.

C’est le sujet de mon deuxième Gifstamatic ou Gif animé basé sur des clichés Hipstamatic assemblés avec Giffer!. Hélas cette application (Hipstamatic) qui, pour moi, est le top en terme de iphonéographie ne peut shooter en rafale prolongée [1. D’autres applis le permettent mais dans ce cas on perd les filtres Hipstamatic …] et, approximativement, au huitième cliché, la mémoire n’en peut plus et exige un break pour souffler …

Voici, donc … le train ne sifflera pas trois fois …

train-anim-12-02-2013

0

#tournai# Froyennes

19 janvier 2013   0 commentaire   permalink

Il y a longtemps, dans une autre vie, Tournai, la ville où je vis, avait été un thème fédérateur pour ma passion de la photo très amateur [1. Je l’ai déjà dit et je le redirai souvent, je fais des photos, je les partage. Ont-elles un intérêt ? Est-ce à moi de le dire ? Apparemment, on ne se bouscule pas dans les commentaires. 😉 ] et de l’Internet. Un site était né et vécu (et survit encore) quelques années jusqu’à ce que, lassé (usure du temps ?), je passe à autre chose.

Je vis toujours à Tournai, les paysages ont gardé leur charme, le patrimoine architectural et touristique a conservé sa richesse … alors, pourquoi ne pas créer une catégorie pour ces photos thématiques ? Il ne vous est pas interdit de poster un commentaire pour marquer votre intérêt … ou non.

Pour commencer, n’allons pas trop loin … Froyennes et son château. La neige est tombée cette nuit [2. Entre le moment où j’écris un billet et le moment où il est publié quelques jours peuvent s’écouler … Le « cette nuit » dont je parle date du 14 janvier] et ce matin, une quinzaine de centimètres, un rayon de soleil et une température proche de 0°C

D’abord la version Hipstamatic …

Ensuite un pola [1. Polaroid SLR680, film PX680 color protection] légèrement « surexposé » par le froid …

0

Polaroid … frileux ?

13 janvier 2013   0 commentaire   permalink

La photographie aime la lumière, c’est bien connu. Les Polaroid, ou plutôt les films Impossible Project, aiment un peu de chaleur (température idéale comprise entre 14° et 28°C. Par trop basse température les photos peuvent paraître surexposées ou bleuâtre, sans contraste ) comme le rappelle Impossible Project dans une newsletter « Hot tips for Cold days » de janvier. (à lire également cet autre article)

Janvier en Belgique n’est donc pas une conjonction saisonnière optimale. Tant pis. Je ne vais pas hiberner dans ma caverne avec mon SLR680 en guise de pot de miel et attendre le retour du beau temps.

Donc, si tôt reçu, si tôt testé. J’enfourche mon vélo et je m’en vais dans la campagne environnante … température autour des 5°C, temps brumeux, couvert, belge.

Pour la première photo [1. film Impossible Project PX680 Color Protection, série spéciale Gold Edition] déjà présentée dans le billet précédent, les couleurs sont encore naturelles. La balade se prolonge et malgré mes précautions l’appareil se refroidit … le film aussi. Mauvais pour la chimie du développement et bien que je range dans une poche intérieure [2. attention à ne pas plier la photo sous peine d’avoir un écoulement de réactifs chimiques] , au presque chaud, les photos éjectées, la couleur dominante se déplace vers le vert glauque. Effet « artistique » imposé par le climat … Le froid peut être aussi responsable d’une photo apparemment surexposée (comme c’est le cas ici) ainsi que d’un mauvais étalement de la « pâte » de réactifs avec comme conséquence cette tache brune au sommet de la photo.

(MAJ 17/01/2014) Tout évolue … et parfois en mieux, ce qui est appréciable. Une année après la publication de ce billet, Impossible nous « offre » une nouvelle chimie pour ses films (dénommés désormais Color600 et SX70) en progrès réel. De plus, pour mes photos en extérieur (hiver doux, T° de l’ordre de 6°C), j’ai équipé mon SX70 d’une lanière (il pend à mon cou sous ma veste … à une température idéale). Aussitôt la photo prise, je peux lâcher l’appareil et transférer immédiatement la photo dans une poche intérieure de ma veste, bien au chaud.

0

Où suis-je?

Vous consultez actuellement les billets avec le tag Froyennes dans obsolescence programmée.