Ma #roidweek# de printemps 2017 … day #6

21 avril 2017   0 commentaire   permalink

6 jours !?!?! Déjà. 12 polas, 12 instants … Pas vraiment des pépites mais pour moi il y a de ça … Orpailleur d'instants. L'émotion de l'instant capturé, qui se développe lentement, parfois décevant (je parle du pola pas de l'instant), parfois moins, parfois wowww.

Pour ce dernier jour je ne pouvais laisser le streetart de côté. Si il y a un moteur dans mes pérégrinations, c'est effectivement l'art pariétal urbain. Une balade sans graffs me laisse généralement un goût d'inachevé.

C'est donc à C215 et Ludo (expo StreetGeneration(s) actuellement à Roubaix) que je laisse le soin d'achever cette RoidWeek de printemps … qui sera suivie, dans mon cas, par beaucoup (j'espère) d'autres …

 

#streetaroid# Le mur libre de la VUB Sporthall …

7 avril 2017   1 commentaire   permalink

Un long mur gris pas très sympa … juste gris-béton. Livrez-le aux graffiteurs et … miracle, couleurs et vie au rendez-vous.

Les artistes s'y succèdent à un rythme soutenu … les graffs apparaissent et disparaissent aussi rapidement.

Ce jour-là, c'était Lerart … une approche en triptyque …

 

 

 

mais aussi …

 

Je comptais y voir une oeuvre de Soaz … trop tard. Heureusement, sur le mur du Mont des Arts, il y avait celle-ci …

{Polaroid SLR680 / Film TIP Color600}

 

#pola vs hipsta# … Pot pourri …

30 mars 2017   1 commentaire   permalink

Pot pourri … bouquet de fleurs mélangées, ragoût à base de diverses viandes, assortiment de musiques variées … A la réflexion, le mot pourri me paraît un tantinet négatif alors que c'est l'impression de variété qui devrait se dégager et non l'obligation de se boucher le nez … ouvrir les yeux suffira 😉

Et à propos de variété, disparates, oui je l'avoue, quelques oppositions Polaroid vs Hipstamatic, analogique vs digital, chimie vs électronique, … éternelle querelle ancien vs moderne. Les paquets de pixels, taillables et corvéables à merci, face à une chimie molle et pas toujours prévisibles, la comparaison est audacieuse. Mais ne comptez pas sur moi pour trancher … Oui, les effets numériques ont parfois un peu plus de wowww primaire et immédiat mais très vite le cliché s'endort quelque part dans le disque dur alors que le pola doux et délicat, surprenant et malhabile vous reste dans la main pour longtemps (du moins on l'espère) …

Sans plus tarder entrouvrons le pot et découvrons un peu de tout sur pas grand chose …

 

 

 

 

 

 

#streetaroid# … Street Generation(s) à Roubaix

25 mars 2017   0 commentaire   permalink

D'un naturel procrastinateur affirmé, c'est souvent lors de la fermeture définitive des portes ou juste avant, après avoir glissé un pied dans l'entrebaillement, que je fréquente les expos. Toute règle n'étant pas totalement infrangible, il m'arrive exceptionnellement de vouloir précéder l'ouverture des dites portes. Quitte à les trouver closes …

C'était un mardi 21 mars. Poussé par un petit souffle favorable et printanier, je partis pour Roubaix. Souffle printanier, rayon de soleil, narcisses étincelants … et Roubaix … Non, ne cherchez pas l'intrus. Quoique … 😉

Sachant que l'expo Street Generation(s) ne débute que le 31 mars et est ouverte du mercredi au dimanche, je faisais preuve d'un optimisme (inconscience) démesuré. Mais je comptais sur les performances extérieures et espérais même surprendre un artiste en plein travail … optimisme démesuré, disais-je plus haut.

N'empêche … C215, Ludo ou Psyckoze avaient déjà sévi (Dans le cas de Ludo, j'ai bien peur que le méga-collage réalisé ne résiste longtemps aux intempéries des Hauts de France …).

À travers les oeuvres de 50 artistes de renom, créées spécialement pour l’exposition ou issues de collections privées, des interventions in situ et hors-les-murs et des documents d’archives, l’exposition STREET GENERATION(S) 40 ans d’art urbain dresse un panorama complet, inédit en France, de ce mouvement foisonnant.

2Koa, Jef Aérosol, Ash, André, A-One, AplickONe, Banksy, benjAMINduquenne, Tarek Benaoum, Stephane Bisseuil, Blek le Rat, BoulaOne, C215, Crash, DFace, Dondi, Dran, Eror729, Shepard Fairey, FAILE, Futura, Keith Haring, Isham, JayOne, JonOne, JR, Katre, Kaws, L’Atlas, Lem, LUDO, Barry Mc Gee, Mikostic, Miss.Tic, Mode 2, Steve More, Nasty, Nord, Yoshi Omori, Os Gemeos, Psyckoze, Quik, Rammellzee, Recidivism, Rero, Remi Rough, Seen, Seth, SKKI, Sore, Space Invader, Spazm, Spécio, Swoon, TANC, Toxick, VHILS, Jacques Villeglé, Nick Walker, West, YZ, Zevs, Zhang Dali, Zlotykamien, Zub (Site web de la Condition Publique, Roubaix)

C'est donc en guise d'apéritif (et d'incitation à faire un détour par Roubaix … vérifiez les horaires d'ouverture) que je vous présente ces quelques polas. Et toujours cette impression … mes films Color600 (01/17) me paraissent assez voilés, pâles (quand on a goûté à la chimie des nouveaux films Beta 3.0 🙂 ), comparés aux SX70 Color (10/16) …

Le Ludo en question … oui, c'est pâle …

 

… Psyckoze …

 

… et C215 avec évidemment un chat …

{Polaroid SX70 modif.600 / Film Impossible Project Color600}

 

… mais pas que, un pola²

 

{Polaroid SX70 / Film Impossible Project SX70 Color}

 

Du Polaroid 669 …

2 janvier 2017   0 commentaire   permalink

Il y a un peu plus d'un mois (ou deux … le temps passe si vite) Supersense proposait du 669, périmé (en 2008) évidemment, à un prix pas trop dissuasif.

En combinant un vendeur sérieux, un moment de faiblesse personnelle face au e-commerce (quelques clic et Paypal fait le reste), un prix point trop excessif, un esprit aventureux à défaut d'être créatif, … et j'en passe. Je craque pour deux films et qui vivra verra …

Ce sera à mon Polaroid 250 que la lourde tâche incombera … ne pas me faire regretter mon achat impulsif. Et même si le soufflet du pola est légèrement fatigué et laisse pénétrer quelques poignées de photons indiscrets, piégés par le film Fuji NB ultra sensible (3000 ISO), je pense que ça n'aura guère d'impact sur le Polaroid 669 et ses 80 ISO.

Aie … la première photo peine à s'extirper du pola et laisse augurer pas mal de déceptions … La deuxième passa plus facilement mais …

 

… et puis, une embellie. Périmé, le film l'est. Ce qui donne droit à une teinte bleutée caractéristique. Mais c'est du Polaroid (la qualité était au rendez-vous) et … voilà

 

 

 

 

Et même une double exposition …

 

Pour conclure cher Fuji, shame on you pour avoir abandonné la production des films pack 100, condamnant nos pauvres Polaroid 250 et autres.

 

Où suis-je?

Vous consultez actuellement les billets avec le tag graffiti dans obsolescence programmée.