#miscelleanees# … Janvier 2017

14 février 2017   0 commentaire   permalink

Vite un petit regard en arrière … mes 9 photos les plus appréciées (sélectionnées par BestNine) en 2016 sur Instagram (8 polas et un Hipstamatic … y'a donc pas photo). Pas nécessairement mon choix …

 

… et pourquoi pas 2015 … soyons fou et regardons un peu plus loin …

 

On liquide le vieux calendrier et on fait place à un nouveau, beau, tout neuf. Reste plus qu'à le remplir … oui, un vrai challenge. Ça craint.

Le 3 … sous le signe de la combustion des calories amassées avec gourmandise. Pédalons, pédalons … Quel plaisir de dépasser les péniches 😉

{Polaroid SX70 modif 600 / Film TIP Color600}

 

Apprécié sur Instagram, ce coucher de soleil

 

Mais zaussi un pano …

 

Grisaille, brouillard, pluie, froid, … cocktail peu revigorant. Et si on tentait un pola (trépied + remote shutter). Percera-t-il la brume ? Les photons viendront-ils à lui ? Pas gagné …

{Polaroid SX70 modif. 600 / Film TIP Color 600}

 

Le 11, c'est mon tour. Oui, j'aurais dû me faire vacciner. Ah ! si les virus procrastinaient autant que moi … Aspirine + couette + bon gros bouquin (toujours le Royaume des 7 Couronnes de David Coe mais 2ème tome de l'intégrale) , le trio gagnant.

Le 14 brève échappée … mon royaume pour un graffiti. Oui, je m'étiole. J'ai besoin d'une fresque grandiose, d'un mur somptueux … et Paris ce sera seulement en février. Alors … Tournai, Le/Son Mur, …

{Polaroid SX70 modif. 600 / Film TIP Color 600}

 

Le 17, Tokyo, attend moi j'arrive … bientôt … juste après hanami …

Et en attendant, il fait beau, beau et froid. Très froid. La nature se les gèle et moi, vite fait, je fige quelques instants végétariens avec mon SX70 Sonar qui me déçoit, lorsqu'accouplé au Flash Bar de Mint il me sort des polas noirs de chez presque trop noir. Alors je découple et un petit pola²

{Polaroid SX70 Sonar / Film TIP SX70 Color}

 

Le 19, Uccle Callevoet, sous la gare, un tunnel « tuné » par le collectif Propaganza … pas vraiment cool pour les polas (mais pas que) …

 

et le même Neptune en duotone (une fois n'est pas coutume …)

{Polaroid SLR680}

Le 22, dimanche oblige, Nivezé … et cette sinistre impression que l'homme n'est qu'un automate complexe et que l'intelligence artificielle ne fait que singer l'intelligence naturelle. Cerveau humain, prends garde au bug !

Heureusement, un peu (beaucoup) de soleil, du froid (beaucoup), un manteau neigeux sinon glacé et on zappe pour un bref instant(ané) la réalité …

 

Le 24, passage à Neerpede … Temps gris et pourtant les polas (au flash) tiennent la route … Iota, Soaz, Mehsos (pas nouveau, mais toujours autant impressionnant … 🙂

 

Le 26, premier anniversaire de Maxoule … 🙂

Le 31, Impossible_HQ reprend une photo Instagram avec le tag #TravelTuesday … Envol vers février ?

 

Et petit à petit on pénètre dans l'an 01 de l'ère Trump … une petite élection pour l'homme et, plus qu'un pas, une énorme enjambée en arrière pour l'humanité.

 

Instagram … need I followers, likers ?

24 novembre 2012   0 commentaire   permalink

Réseaux sociaux … on aime … ou pas.

Oui, comme beaucoup, j’ai un compte Instagram et j’y publie des photos LoFi, une sorte de journal en images, un regard rapide, subjectif sur le quotidien. Et comme sur tout réseau social, la publication s’accompagne de « likers » ou de « followers » (désolé pour le jargon). Même si les compteurs sont loin d’exploser – là n’est pas mon but – je suis à chaque fois surpris par le profil de beaucoup d’entre eux.

Dans la minute suivant cette photo prise très récemment et publiée avec le mot clé #mozart, les likers se sont manifestés. Curieux, je suis allé voir leurs galeries et … chercher l’erreur : le décalage entre ma photo et leurs affinités, et ce qu’ils montrent d’eux, tout en superficialité, est vertigineux. La recherche du look, le « paraître » sont-ils (in)compatibles avec #mozart ? Ou alors on lance des like dans toutes les directions, quelles qu’elles soient, dans le seul but d’attirer des voyeurs sur son propre moi ? Collectionner les likers et les followers , faire exploser son compteur serait le principal (le seul ?) objectif de ces utilisateurs de réseaux sociaux ?

Poussant plus loin, mon exploration j’ai jeté un coup d’œil sur les photos publiées avec le mot clé #mozart … 6 chatons, un âne, … Vous avez dit Mozart ? Pardon, #mozart.

On vit une époque formidable …

Hipstamatic, Instagram … pourquoi pas ?

9 novembre 2012   0 commentaire   permalink

Et si moins pouvait être mieux ? Existe-t-il un domaine où la tendance ne serait pas orientée vers le plus ? On exige de vous le maximum et vous exigez la même chose de votre environnement (humain et matériel). La « zénitude », la yoga-attitude et la lévitation sont sympas mais surtout pour les autres.

En photo numérique il en va de même. La course aux mégapixels, l’offre constamment renouvelée (en mieux, en plus, évidemment) crèe chez le pauvre consommateur que vous (je) êtes (suis) un sentiment de frustration. Difficile à suivre …

Alors, pourquoi ne pas lever le pied et constater que parfois moins c’est pas mal et que si vos photos sont moches ce n’est pas par manque de pixels mais peut-être par la faute du supposé photographe que vous (je) êtes (suis). Une bonne photo nécessite-t-elle le matos dernier cri ?

Il y a peu je voyais des daguerréotypes de Macaire-Warnod montrant le port du Havre. Ils dataient du début du XXe siècle … et, mis à part la monochromie sépia, ils étaient bluffants de précision, de netteté …

Un journaliste photographe américain Ben Lowy s’est distingué cette année par ses reportages revendiqués iPhone/Hipstamatic. Évidemment, des pour et des contre. Des vivas et des levées de bouclier. Plaire à tous c’est difficile.

If, on the other hand, you believe iPhone photography — and the Hipstamatic app, in particular — are the work of the Devil, then you can think of Mr. Lowy as his messenger.

Du daguerréotype à l’iPhone, l’écart est grand. Reste la photo, la capture d’un instant.

Croire qu’Hipstamatic et ses applications consoeurs seraient capables d’apporter en quelques clic le « beau » et l' »esthétique » grâce à quelques filtres (philtres ?) magiques est un leurre. Et pourtant, avec l’aide d’Instagram et son partage à l’échelle mondiale, on peut transcender la réalité, se sentir – un peu – « artiste » au grand dam des « professionnels » de la culture.

Voici un extrait d’un article intéressant

En somme, si Hipstamatic énerve, c’est peut-être parce que cette application, avec son homologue Instagram, ont instauré un règne de partage de l’image à une échelle jamais égalée (d’ailleurs la dernière version d’Instagram propose la géolocalisation des photos prises, induisant des comportements photographiques inédits). Et peut-être aussi parce qu’elles dépossèdent chaque jour un peu plus les institutions culturelles de leur primauté à établir ce qui est beau, artistique ou professionnel de ce qui ne l’est pas.

À lire aussi, un article qui nous parle de cette nouvelle fonction de l’image … l’image communicante.

Le Japon sur Instagram …

14 janvier 2012   0 commentaire   permalink

Le Japon … c’est un blog incontournable pour les amateurs de ce pays 1.

Depuis quelques années, David Michaud français immigré au Japon, nous régale avec ses multiples, productions … blog d’abord, livres, photos, safaris photo,

Et même sur Instagram 2 , cette communauté très fermée réservée aux iPhonistes 3 .

L’application Androïd est annoncée pour bientôt. Les clichés de ce photovore nippophile sont visibles sur statigram.

N’étant pas possesseur d’iPhone je me console avec mon iPad … Et mes souvenirs (voyage en 2010) :

  1. j’en suis
  2. Une application qui vieillit vos photos à la façon des appareils Instamatic d’antan
  3. Uniquement pour la publication de photos. Les visiteurs sont évidemment les bienvenus

À propos de phoneographie

9 janvier 2012   0 commentaire   permalink

Phoneographie ? … Un néologisme pas joli, joli. Mais de quoi s’agit-il ? Une mode ? Un buzz de geek ? Un nouveau mode d’expression artistique ? Une bouffée de nostalgie ? Tout à la fois ? Voici ce qu’en dit le site éponyme iphoneographie.fr 1.

Ce blog parle donc de photographie mobile, plus particulièrement de l’iphoneographie : c’est-à-dire de la photographie iphone. Il y a deux écoles concernant l’iphoneographie : celle qui indique que l’iphoneographie consiste à prendre une photo avec son iphone et à la retoucher (ou non) directement à partir des applications disponibles pour l’iphone sans passer par un ordinateur  (taken and processed on the iphone). Et il y a l’autre école qui consiste à dire qu’il suffit simplement de prendre la photo avec l’iphone et qu’on peut retoucher celle-ci sur ordinateur.

On vit un monde bizarre. La technologie se répand dans la plupart de nos activités. Et par rebellion ? dépit ? esprit de contradiction ? nostalgie ? On tente de retrouver certaines saveurs d’antan.

C’est le cas des smartphones. D’abord téléphones évidemment, mais aussi appareils photographiques (et plein de choses utiles ou non), ils connaissent la course aux mégapixels (sans parler de la pléthore d’applications allant du répulsif à moustiques par ultra-sons à la suite bureautique complète en passant par la machine à café … What else ? Le gogo client est roi). Et pourtant, parallèlement, on télécharge des applications (Instagram est un must) qui vont vous triturer les x megapixels du capteur photo pour produire une photo d’avant la technologie à la façon des appareils Instamatic ou Polaroid. Beurk sur la « qualité » (mais qu’est-ce que la qualité ?) et ruée sur le passé. Serait-ce que la réalité trop vraie, trop polie ne plaise plus ? Ou voudrait-on ressembler à ces artistes/photographes des années 70 ou 80, comme Andy Warhol, qui rejettaient leur Leica et shootaient tout ce qui bouge avec ces appareils instantanés ?

Et comme résultat … à vous de juger : http://www.iphoneographie.com/ , http://www.iphoneographie.fr/category/photo/ , http://blog.eyeem.com/,

Amusant, intéressant … J’y reviendrai.

  1. Pour le titre du billet, je me suis permis d’enlever le « i » en préfixe. Un phone sans « i », sans iOS, sous Android par exemple, est tout aussi capable de prouesses photographiques. Que le grand Steve m’excuse.

Où suis-je?

Vous consultez actuellement les billets avec le tag instagram dans obsolescence programmée.