Double exposition avec le Lomo Instant Square …

21 mai 2018   0 commentaire   permalink

Et vous la musique, vous l'écoutez à partir d'un CD, d'un vinyl sur la platine, d'un fichier MP3 sur un baladeur, … ?

Il en va de même avec la photo instantanée … remplacez la platine par un SX70 et le vinyl par un pola … ou le CD par un Fuji Instax … Les scratch du vinyl vous les retrouvez sur les polas, pas sur les Fuji Instax. On aime … ou pas. Le pola serait-il doté d'une vie propre alors que le Fuji plus « technologique » ne le serait pas ? Allez savoir ?

Et puis il y a la taille des photos … L'Instax mini est … mini … vraiment. Le square est carré mais un petit carré par rapport au pola. Et le Wide ? Me diriez-vous. Oui, c'est vrai, mais la caméra Wide ressemble plus à un tracteur qu'à un appareil photo … (PS: je n'ai rien contre les tracteurs, sauf pour prendre des photos).

Par contre, la double exposition … amusant. C'est, semble-t-il, possible sur un SX70 mais au prix d'une torture inhumaine pour le pauvre appareil sans défense. Alors mon Lomo Instant Square est … amusant.

Quelques doubles expositions entre feuillages et graffiti …

 

 

 

 

 

#miscelleanees# … Avril 2018

10 mai 2018   0 commentaire   permalink

Avril est de retour … le mois du polaroid aussi, et moi, et moi, et moi … émoi ?

Mais aussi deux petits monstres qui squattent votre liberté, s'emparent de vos loisirs, esquintent vos articulations et vous apportent plus d'une bouffée de bonheur. En bref, pas le temps de shooter.

Pour Sasha et Maxim, minouche …

 

Ils viennent et s'en vont trop vite … tiens donc, le magnolia réédite son show annuel. Éblouissant !

 

… façon « inspiré, expiré » …

 

Le 7, Herbiester … promenade en forêt … version Lomo Instant Square ou pola …

 

 

Le 10, Roubaix … pourquoi pas ? Surtout si le soleil y met du sien … en fait pas vraiment, juste en face, pas top pour les polas. Un mur de Joao Samina en hommage à Georges Delerue, compositeur roubaisien …

 

Le 12 … à Lille Mimi Le Clown façon Matisse et Agrume Noir façon meteo …

 

 

Tout a une fin, même (surtout/aussi) le magnolia …

 

Le 17 … quelques heures d'échappée à Ostende avec Mr B (mon vélo pliable) et un lourd équipement polaroidesque (Polaroid 330, SX70 et SLR680). Du soleil, une ville faite pour les cyclistes, les fresques du Crystal Ship … que du bonheur …

 

 

S

 

Le 22 … une nouvelle semaine du polaroid donc, pour moi R(de plus)AS 🙂 … une semaine est polaroid ou n'est pas … L'occasion de replonger dans les boîtes de polas non encore scannés (paresse et procrastination) comme ces brumes matinales sur le mirador d'Artxanda à Bilbao …

 

… ou la fraîcheur des rives de la rivière Kamo-Gawa à Kyoto (avec toutes les imperfections attachantes des films Impossible Project) en 2017 …

 

Le 27 … la glycine est au top de sa forme avant un week-end qui s'annonce froid, venteux et pluvieux 🙁

 

Le 30 … Lille … que d'étranges choses 😉

 

 

Et discrètement (froidement) avril cède la place à mai …

 

Polaroid Week … printemps 2018

29 avril 2018   0 commentaire   permalink

Une année a 365 jours (les bonnes 366), 12 mois, 52 semaines et 2 Polaroid Weeks. Pourquoi pas ?

J'avoue que toutes mes semaines sont Polaroid, du moins dans ma tête. Hélas (heureusement ?), la banalité du quotidien s'impose souvent et le clic salvateur s'avère alors bien vain et inutile.

La Polaroid Week de printemps (2018) débute le 22 avril et impose de poster par jour au maximum 2 photos inédites sur Flickr … Question photos inédites, j'en ai … y'a plus qu'à scanner 😉

Le pola à moi, c'est l'instant de vie, vite capturé, vite mis en bouteille … du bon, du moins bon, du raté … du Polaroid ou, éventuellement du Fuji … de l'inerte (ne vole-t-on pas l'âme dans un portrait ?) … pas de mise en scène (l'instant nous surprend naturellement … à nous de lui rendre la pareille) … de l'inattendu dont la chimie du pola a le secret … du tout, du rien, varié comme la vie … de la ville, du Streetart et plus si affinité.

Day #1 … Commençons par 2 coups de cœur à Ostende. Oui, il s'agit de deux fresques dans le cadre du Crystal Ship … Matthew Dawn et A Squid Called Sebastian … du pola mais aussi du Fujifilm

 

 

Day #2 … Les premières journées de printemps, c'est un (mon) magnolia qui s'enflamme … pour quelques jours seulement …

 

 

Day #3 … Il y a quelques mois c'était la Birmanie. Bagan, ses stupas, ses bouddhas et leurs mains …

 

 

Day #4 … Dans les brumes d'Artxanda, un petit matin à Bilbao …

 

 

Day #5 … Ostende …

 

 

Day #6 … Au fond des boîtes sommeillent encore des polas non scannés … les souvenirs reviennent … Japon 2017, au bord de la rivière aux canards à Kyoto … oui, c'est (c'était) du black and white (ni vraiment black, ni vraiment white en fait) d'Impossible Project …

 

 

… déjà fini !

 

The Crystal Ship, Ostende #1

25 avril 2018   2 commentaires   permalink

Difficile d'ignorer une manifestation Streetart de la taille du Crystal Ship à Ostende. Depuis 3 ans, année après année plus d'une dizaine de « murs » (pignons, façades, … ) sont investis par des artistes du monde entier …

Un rayon de soleil, un vélo (très utile car les oeuvres sont assez dispersées) , le plan (disponible à l'office du tourisme ou en téléchargement, pas très lisible) et c'est parti.

Dans ce premier billet, du Polaroid 330 (film Fuji FP-100C), pas toujours pratique à manipuler (attendre 2 minutes, peler le film, se barbouiller les doigts de produits chimiques, ranger les clichés encore humides … sous les yeux d'un public parfois surpris) … dans le désordre …

… A Squid Called Sebastian …

 

… le Colectivo Licuardo …

 

… Dourone (le soleil ne se gêne pas … ombres et lumières parfois exacerbées) …

 

… 1010 …

 

… Eversiempre …

 

à suivre ici 😉

 

#streetaroid# … Joao Samina, Georges Delerue et Roubaix

17 avril 2018   2 commentaires   permalink

Prenons une ville du nord de la France. Disons, Roubaix …

Ajoutons un de ses enfants plutôt célèbre … le compositeur Georges Delerue. Plus de 300 musiques de films à son actif …

Et pour finir, demandons à un artiste brésilien Joao Samina de sublimer (si sublimable il est …) l'ensemble sur un pignon … roubaisien.

Nous obtenons ainsi, une superbe fresque, un portrait au pochoir en noir et blanc très contrasté, découpé géométriquement, décalé et mélangé avec d'autres formes où le rouge prédomine …

Et pour ce qui me concerne, un Polaroid SLR680, le soleil en face 🙁 … (Et anecdotiquement un Polaroid 240 qui rend l'âme … grrrrrrrr … Ô rage, Ô désespoir …), le tout façon pola²

 

 

 

 

 

Où suis-je?

Vous consultez actuellement les billets avec le tag streetart dans obsolescence programmée.