#miscelleanees# … Juillet 2017

13 août 2017   0 commentaire   permalink

Juillet … le temps des vacances 😉

Le 4 … cela faisait longtemps … balade en vélo au milieu des champs …

 

 

Le 7 … il était plus que temps. L'expo Street Générations à la Condition Publique à Roubaix ferme ses portes le 9. Une belle réalisation dominée par l'omniprésence de Jef Aerosol et C215 inside mais aussi à la périphérie de l'expo (extérieur et terrasse).

 

 

 

 

Du 9 au 12 … passage en mode babysitting, bonheur et courbatures 😉

Et puis le 13, Papa Loup aka le Dushechkin part pour 1 mois en Sébastopol … 🙁 … direction aéroport et au retour petit passage à Neerpede (on se console comme on peut) … Iota, Mehsos, …

 

 

Le 14 … un colis de chez Impossible avec le film Color600 tuné « Keith Haring ». D'accord le cadre bouffe (dévore ou picore ?) la photo (dixit l'inconditionnel du white frame), il va falloir trouver une utilisation adéquate … graff ? extérieur ? fleur ? … (à lire)

 

 

 

Le 23, retour de Nivezé et petit détour par Seraing … face à face un quartier en pleine rénovation et les installations abandonnées des usines Cockerill. Dans un entrepôt, bientôt réhabilité, un espace en transition accueille le festival Use-In … Pour moi, c'était certainement relâche 😉 … l'abandon n'était pas que virtuel. Quelques égarés, un DJ et sa musique et quelques plaques de bois marquées du passage de quelques streetartistes (Jaba, Ocreos, Iota, …) …

 

 

 

et doucement, le mois se termine …

 

Keith Haring cadre chez Impossible Project …

18 juillet 2017   1 commentaire   permalink

Impossible Project vient effectivement de sortir une édition spéciale de son film Color600 … rien de neuf côté chimie mais un cadre à la façon de Keith Haring.

J’aime Keith Haring pour sa fraîcheur, sa (trop ?) grande simplicité, son parcours, son art accessible, inspiré du graffiti, à mille lieues d’un intellectualisme déprimant. Et le voilà qui se retrouve en cadre de polas. Triste sort ?

Pour un inconditionnel (proche de l’intégriste viscéral) du cadre blanc cela tient/pourrait tenir de l’hérésie ou, à tout le moins, de la faute de goût. Un peu comme Fuji qui en Hello-Kittysant (ça se dit ?) ses films (et ses caméras) peut attirer un public ad hoc, Impossible Project, sur un axe plus intellectuel (?) fait de même … Le business a ses raisons … Et tant mieux si cela dope les ventes, attire un public et assure la pérennité de cette société. C’est tout ce que je souhaite.

Sur un plan plus « photographique », j’ai l’impression que ce type de cadre « bouffe » la photo. Le regard se porte sur ces sympathiques silhouettes colorées imbriquées et en oublie la partie centrale, l’instant qu’on a voulu graver dans le marbre photosensible.

Réticent mais aventurier, j’ai commandé quelques packs de cette cuvée. La boite est assurément jolie et, apres déballage, la question s’est posée … qu’allais-je photographier ? Alors qu’un cadre blanc va avec tout, le cadre Keith Haring me paraît plus difficile à assortir et pose le difficile problème de trouver un sujet en adéquation …

Apres une première photo test (le colis arrive, on déballe fébrilement et on veut tester sans plus attendre), une Hemerocallis, pas trop décevante …

 

… je me suis tourné vers ce qui avait inspiré Haring, le graffiti … (à vous de juger)

 

 

 

 

{Polaroid SLR680 / Film Impossible Project Color600}

 

#polabalade# … Canal de l’Ourcq

29 juin 2017   0 commentaire   permalink

C'était fin mai, c'était Paris, il faisait chaud …

 

Un peu de fraîcheur et du street art (et oui …), le FestiWall avait eu lieu en bordure du canal de l'Ourcq quelques semaines plus tôt …

 

 

 

… le pont levant (voir aussi ce billet)

 

… Jana et JS …

 

… Oji …

 

… Raphaël Frederici …

 

… et aux alentours Learn …

{Polaroid SX70 filtre ND / Film TIP Color600}

Ma #roidweek# de printemps 2017 … day #6

21 avril 2017   0 commentaire   permalink

6 jours !?!?! Déjà. 12 polas, 12 instants … Pas vraiment des pépites mais pour moi il y a de ça … Orpailleur d'instants. L'émotion de l'instant capturé, qui se développe lentement, parfois décevant (je parle du pola pas de l'instant), parfois moins, parfois wowww.

Pour ce dernier jour je ne pouvais laisser le streetart de côté. Si il y a un moteur dans mes pérégrinations, c'est effectivement l'art pariétal urbain. Une balade sans graffs me laisse généralement un goût d'inachevé.

C'est donc à C215 et Ludo (expo StreetGeneration(s) actuellement à Roubaix) que je laisse le soin d'achever cette RoidWeek de printemps … qui sera suivie, dans mon cas, par beaucoup (j'espère) d'autres …

 

#pola vs hipsta# … Pot pourri …

30 mars 2017   1 commentaire   permalink

Pot pourri … bouquet de fleurs mélangées, ragoût à base de diverses viandes, assortiment de musiques variées … A la réflexion, le mot pourri me paraît un tantinet négatif alors que c'est l'impression de variété qui devrait se dégager et non l'obligation de se boucher le nez … ouvrir les yeux suffira 😉

Et à propos de variété, disparates, oui je l'avoue, quelques oppositions Polaroid vs Hipstamatic, analogique vs digital, chimie vs électronique, … éternelle querelle ancien vs moderne. Les paquets de pixels, taillables et corvéables à merci, face à une chimie molle et pas toujours prévisibles, la comparaison est audacieuse. Mais ne comptez pas sur moi pour trancher … Oui, les effets numériques ont parfois un peu plus de wowww primaire et immédiat mais très vite le cliché s'endort quelque part dans le disque dur alors que le pola doux et délicat, surprenant et malhabile vous reste dans la main pour longtemps (du moins on l'espère) …

Sans plus tarder entrouvrons le pot et découvrons un peu de tout sur pas grand chose …

 

 

 

 

 

 

Où suis-je?

Vous consultez actuellement les billets avec le tag streetart dans obsolescence programmée.