#my burmese days# … Balloons over Bagan

21 avril 2018   1 commentaire   permalink

Étant donné (et reconnu) qu'on ne vit qu'une fois (chance ou pas ?), après moultes hésitations et, qu'après tout, même en l'absence d'un 29 février, mon anniversaire, on peut fêter ce grand jour un 28 février, j'ai craqué, cédé (la chair est faible même quand le portefeuille résiste) … survoler la plaine de Bagan en aérostat.

Au petit matin (en vacances, les matins sont parfois petits mais toujours souriants), un autocar brinquebalant et suranné vient me pêcher à l'hôtel. Après quelques autres pêches effectuées dans une semi-obscurité on arrive sur un terrain où gisent les toiles étendues de quelques ballons.

Suit un rapide briefing tenu par le pilote, un irlandais (ou un australien, ou un américain … ) typique, un peu fort en gueule et en plaisanteries, insistant sur la possibilité d'un atterrissage un peu chahuté et sur la nécessité de bien se positionner dans la nacelle au cas où …

Pendant ce temps les équipiers birmans bien rôdés ont commencé le gonflage des ballons, puis les brûleurs ont commencé à cracher, réchauffant l'air, déployant les toiles des ballons, avant l'embarquement.

La nacelle glisse, racle un peu le sol avant de se libérer de la pesanteur. Lentement le ballon s'élève dans le silence brisé par les crachements chauds et intermittents des brûleurs.

J'avoue … obscurité, magie du moment … j'oublierai plus d'une fois mes appareils photos …

Et c'est parti pour un survol de la plaine aux 2300 temples progressivement baignée par les lueurs du soleil qui se lève.

Dans l'air, d'autres ballons … au sol, un berger avec quelques bêtes, un vélo, le tintamarre (fameuse la sono) très matinal d'une fête de mariage … dans la nacelle, je rêve …

45 minutes plus tard, le ballon poussé par le vent et suivi au sol par les équipes de récupération se dirige vers le champs d'atterrissage … pour conclure le vol tout en souplesse.

Gâteaux, fruits, quelques bulles, quelques nouvelles plaisanteries du pilote et retour à l'hôtel vers 9h30 pour … le petit déjeuner.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

#my burmese days# … Old Bagan

11 avril 2018   1 commentaire   permalink

Comment décrire la magie du lieu ? Une plaine, des stupas, dorés ou pas, en briques ou stucqués, petits et grands (plus de 2300), de la poussière sablonneuse soulevée par le vent et les véhicules, des chemins/routes qui se croisent, quelques arbres, des moines en tunique rouge-bordeaux et des bonzesses en rose, des gens qui marchent, mangent, rient, parlent, des carrioles à chevaux, des tuc-tuc qui vous hèlent …

Une couleur aussi, au coucher du soleil (et au lever … quand on est levé) … un orange-rouge-brique, qui se réfléchit sur les murs des stupas, qui fait étinceler les dômes couverts d'or, et puis qui disparaît, se désature progressivement … Et la ligne d'horizon où se découpent les dômes et, plus les loin, les collines …

On est loin, on est ailleurs … on déambule et on a chaud … les polas aussi, qui interprètent à leur façon, maladroitement, ces instants de bonheur …

 

 

 

 

 

 

 

#miscelleanees# … Mars 2018

7 avril 2018   1 commentaire   permalink

Un mois qui débute en Birmanie avec un ciel toujours bleu et une température avoisinant les 37°C … alors qu’en Europe, c’est l’hiver … un vrai. Tellement vrai qu’on parle de vortex sibérien (j’en frissonne). Oui, assurément, une fois décrypté, on comprend mieux la surprise 😉 … de la neige en hiver !!!!

Et moi je transpire à Bagan … Plus de 2800 stupas regroupés sur les 50km² d’une plaine poussiéreuse, sablonneuse, encore (plus pour longtemps) délaissée par le tourisme de masse (ouf !).

La beauté du lieu me fait oublier (pas totalement) mes déboires polaroidesques … vouloir à tout prix shooter, alors qu’on sait que la merveilleuse chimie va rechigner. Il faut s’y faire … garder le SX70 au frais, sortir un film du frigo, et shooter dans l’heure du SX70 Color préférentiellement au Color600. Pour sûr, ça limite.

Et même, dans les conditions optimales, on peut tomber sur un film défectueux et se retrouver avec une delicieuse 😉 collection de failaroids inattendus, non désirés et pourtant charmants …

 

Et quand les conditions sont bien réunies … avec la bénédiction de Bouddha et de la FlashBar de Mint réunis, le SX70 se déchaîne …

 

Les jours passent avec le retour à Yangon …

 

… la pagode Sule …

 

Le 8 … Belgium we are back … 🙁

Avec un jetlag étonnamment discret nous reprenons nos habitudes … revoir les p’tiots … bonheur, évidemment. Et retourner à Nivezé, retrouver l’absence …

Le mois s’écoule calmement, hésitant entre le gris, la pluie et le gel …

 

Le 14, Saint-Gilles … moments volés (Lomo Instax Square) …

 

 

Le 16, Lomo m’envoie le dos Instax Mini pour le Lomo Instant Square … et où on se rend compte que le WYSIWYG (what you see is what you get) n’est plus d’actualité et particulièrement pour le Lomo (je parle du viseur qui vise … quoi ? comment ? où ?) …

 

Le 20, un franc rayon de soleil, quelques cristaux de glace qui résistent, entre le gel (oui, ça caille encore un peu) et le dégel, … jouer avec la double exposition du Lomo Instant Square … entre le ciel et les bombes (de peinture) …

 

 

… et toujours cette question lancinante 🙂 (je plaisante, évidemment) … Pola ou Fuji ?

Au delà des questions futiles la réalité s’impose brutalement à nous … après 4 longues années où petit à petit ton esprit emporté dans des tempêtes brèves et violentes se déconnectait du corps et du monde environnant … tu es partie … enfin !, devrais-je dire. Où es-tu ? J’espère que tu n’es pas trop déçue … il n’y a pas que la réalité qui peut être décevante.

 

 

The show must go on, en attendant notre tour … et avril, aussi …

 

#pola²# où il est question de moulin …

1 avril 2018   1 commentaire   permalink

Quand le grain vient à manquer, le moulin s'arrête … pas le vent.

Vaguement pitoyable, le moulin immobilisé devient site touristique … pas vraiment glorieux. Heureusement que le Polaroid interprète la réalité, lui donne un (une ?) aura chargé de mystère …

 

 

 

 

{Polaroid SX70 / Film Polaroid Originals SX70 Color}

 

Bye bye hiver …

22 mars 2018   0 commentaire   permalink

L'étymologie est une science assez sympathique … Connaître l'origine des mots, c'est s'en rapprocher, faire sauter les secrets, établir entre eux et nous une certaine complicité.

Ainsi, je me posais assez basiquement la question « hiver, ça vient d'où ? Et ça veut dire quoi ? ». Je me retournais donc vers le grand sage, Wikipedia, qui me répondit

… est un emprunt au bas latin hibernum (« hivers »), qui est une abréviation de la locution du latin classique hibernum tempus (« saison hivernale ») et a évincé le latin classique hiems

Et oui, l'hiver et bien c'est l'hiver qui vient du latin hiver et signifie hiver. Et hiver, dans le bon sens commun, c'est le froid et la neige. Et cela me fit penser à la surprise quasi générale lorsqu'il y a peu il neigea sur nos régions … Comment, la neige ? Et tout fut paralysé. Admettons qu'en plein mois d'août on aurait compris que les saleuses soient en repos. Mais en février-mars ?

Cela dit, cette année, je ne suis pas mécontent qu'il nous quitte (pas de panique, il reviendra … dans 9 mois). J'aime le printemps …

 

 

 

 

 

Où suis-je?

Vous consultez actuellement les billets avec le tag sx70 dans obsolescence programmée.