Ne jamais dire jamais … Lomo Instax Square

16 février 2018   1 commentaire   permalink

Polaroidophile inconditionnel, jamais je n'aurais imaginé franchir les lignes ennemies et shooter du Fuji Instax. Et puis, au détour d'un financement participatif sur KissKissBankBank, un moment de faiblesse et, avouons-le, de curiosité pour le fruit défendu, je me retrouve avec un appareil Lomo Instax Square acceptant les films Fuji Instax Square mais aussi Mini (en changeant le dos).

Au déballage, en premières impressions, l'appareil est léger, relativement petit (car pliant avec soufflet), avec une forme angulaire héritée, selon certains, des anciens appareils de la marque russe. En noir il est discret et n'est pas trop encombrant (moins qu'un OneStep2 non pliant).

Le tout en plastique donne une impression de cheap … jour après jour, après dépliages-pliages successifs, va-t-il tenir le coup et garder ce look assez chic malgré tout (de gustibus …). L'obsolescence semble au programme. Ce n'est pas un bon vieux SX70 solide et fier de ses (plus de) 30 ans d'âge.

Au niveau des fonctionnalités, il est assez complet (flash, timer, modes Auto/B, multi-exposition, compensation d'exposition, compteur de photos, emplacement pour filtres colorés). Une petite télécommande est également astucieusement insérée dans l'appareil pour prendre des photos à distance. En remplaçant le dos on peut utiliser des films Instax Mini. Le tout utilise 2 piles CR2 et une pile bouton pour la télécommande.

Après avoir trouvé films (2 fois moins chers pour 10 photos qu'un Polaroid avec 8 photos) et piles (non fournies), je me suis directement lancé … Enfin, pas vraiment directement car la tenue en main n'est pas évidente … haut-bas ? Gauche-droite ? Déclencheur ? Avec un peu d'habitude …

Grosse déception … le viseur … tout petit et pas vraiment adapté à un myope porteur de lunettes. Je ne distingue pas vraiment le cadre de la photo. Faudra s'y faire … D'autant plus que ce n'est pas un SLR et un décalage entre ce qu'on vise et ce qui sera sur la photo n'est pas impossible (en fait réel pour les faibles distances). La mise au point se fait par un curseur … on choisit/estime une distance entre 0,8m et l'∞, l'appareil fait le reste. Assez bien …

Deuxième déception (attendue, celle-là) … les photos square ont le look des polas mais en (beaucoup) plus petit (surface de la photo 37,1cm² contre 59,3cm² pour les polas). La différence de prix des films trouve ici un début d'explication …

Le couple Lomo-Fuji fonctionne assez bien et le résultat est honorable … développement rapide, photos assez bien définies, couleurs fidèles. Les films Fuji sont bien maîtrisés au détriment de ce qui fait le charme (ou pas … les avis sont partagés) des films polas plus sensibles à l'humeur du temps, de la chimie et du photographe. Et, à confirmer, une tendance à la surexposition (par beau temps en extérieur, pas de flash et corriger l'exposition à -1) …

Vais-je vraiment l'adopter ? Qui sait ? L'appareil est convivial … photos moins coûteuses, développement plus rapide … on shoote, on échange et … on oublie ? Moins de créativité, photos plus petites, impression de fragilité (mon sac photo n'est pas n'est pas un couffin, loin de là). Plus de fun que de passion … Non, il ne va pas détrôner mes polas.

Quelques confrontations (oui, Fuji est moins cher mais sensiblement plus petit) Polaroid Originals (SX70/Color600) et Fuji Instax Square (Lomo Instant Square) …

… première photo dans un Bruxelles grisailleux …

 

… les munitions (intérieur/flash) …

 

… et pourquoi pas 😉 du Streetart à Tournai (artiste inconnu) …

 

… ou à Bruxelles, Seth GlobePainter à Anderlecht …

 

… ou Samuel Idmtal à Saint-Gilles …

 

0

Films Impossible Project Color GEN 3 … une nouvelle génération

30 mai 2016   1 commentaire   permalink

Impossible Project a fait fort en mai … un appareil le I-1 revisitant le(s) pola(s) de Mr Land, en y ajoutant une touche geek avec la connexion Bluetooth avec le smartphone. J'avoue que devoir pianoter mon smartphone pour règler mon pola … bof, bof … Evidemment, on peut rester en mode basique et shooter plein pot sans smartphone. Ouf …

… et en plus vert puisque le I-1 utilise des films sans batterie incorporée (et tant pis si vous avez oublié de recharger l'appareil avant votre super safari photo).

Pour l'occasion, Impossible Project a aussi lancé une nouvelle génération de films couleur tant en 125ASA pour les SX70, qu'en 640ASA pour les 600 et les spectra. Au programme, un temps de développement (légèrement) réduit (voir ce billet), un shielding inutile ou réduit au minimum (difficile de faire la part des choses entre les annonces commerciales “no shielding” et techniques), et aussi … plein de choses plus subjectives.

Et au niveau subjectivité, peut-être des couleurs moins percutantes (mais des photos bien détaillées), légèrement voilées comme le montre ce test : deux polas, le premier avec un SX70 Alpha et film SX70 Color “ancien” (du Gen 2.0) et la seconde avec un SX70 modifié 600 et le film Color600 Gen 3 (photos prises sur trépied à quelques minutes d'intervalle) …

 

Et toujours avec ce nouveau film, une photo en intérieur (une composition de Momo au musée MIMA, Bruxelles) avec un SLR680 …

 

… ou encore ces 2 photos dans les rues de Bruxelles (mais comme le temps était assez gris, difficile de juger) …

 

 

0

Test du film TIP Color600 3.0 Beta … une video

9 mai 2016   0 commentaire   permalink

Bientôt un appareil photo Impossible Project, le I-1 (?) … un Polaroid façon Impossible (oui, même le look est Impossible … Ma grand-mère avait le même mais c’était pour téléphoner 🙂 ), instantané et connecté … D’accord, je pinaille mais j’avoue que cette nouvelle témoigne de la bonne santé d’Impossible Project, de sa volonté de faire vivre le format pack integral quand Fuji renonce au pack 100 et ferme la porte au nez de potentiels repreneurs. Donc, ne cachons pas notre plaisir …

Pour accompagner ce nouvel appareil, de nouveaux films … Pas facile de trouver la chimie idéale et donc un compromis entre temps de développement raccourci, shielding inutile, couleurs percutantes, …

and have managed to maintain a vastly improved development time. Photos emerge within 2 minutes and are fully developed in about 25 minutes. You also get a more accurate preview of the image as it develops, with less of a blue tinge.

Le film Color 600 GEN 3.0 ne devrait pas différer de la version Beta que j’ai essayée. Oui, la photo apparaît plus rapidement mais non, toujours pas instantanément.

C’est ce que j’ai voulu tester artisanalement avec un SX70 converti pour film 600, une lentille macro #121, un déclencheur à distance, un trépied et en guise de modèle un sympathique pavot rouge de plaisir …

 Test Film TIP Color 600 Gen 3.0 Beta

Le modèle la veille de la prise de vue avant de passer au make-up …

 

… et lors de la prise de vue …

 

0

et alors, le SX70 Color 2.0 beta, toujours content ?

24 juillet 2015   1 commentaire   permalink

Quel plaisir de tester les nouvelles chimies d’Impossible Project … l’impression de faire partie d’une aventure.

C’est à petites doses qu’Impossible balance sur son shop on-line ses versions beta. Aussitôt mises en vente, aussitôt épuisées. L’addiction au pola est telle que l’offre ne suffit pas. Tester, prendre des risques, … et payer aussi (un peu moins qu’un film normal) … oui, le pola-addict aime ça et … fait vivre Impossible Project. “Tant mieux”, soupire-je car moi aussi je suis un pola-addict. Docteur, c’est grave ?

Donc, coup de chance (?), j’avais décroché le graal sous la forme de deux films SX70 Color 2.0 beta.

Les premiers essais furent positifs. Mais encore …

Question test, ne rêvez pas. Cerner les paramètres, en isoler un, varier les conditions, multiplier les essais pour avoir un échantillon statistifiable (oui, encore un nouveau mot … inventons, inventons, il en restera toujours quelque chose … ou pas) … et bien non. Ma carrière scientifique étant derrière moi, c’est au feeling, à l’intuition, au ressenti, au subjectif que je fonctionne (au prix du pola c’est peut-être préférable).

Et donc, j’ai continué à shooter du film beta, à la recherche de ce “plus mieux” attendu.

Les films Impossible ont toujours été capricieux, ronchons même … “j’aime pas cette température”,” tu as bougé”, “et la molette darken/lighten tu en fais quoi”, “pas assez de lumière”, “mauvais bain” … oui, capricieux 😉

Reconnaissons-le, entre les films que j’utilisais il y a 3 ans et maintenant les progrès sont évidents. Les ratés sont plus rares et, au prix des films, heureusement ! Mais il reste difficile d’attribuer à tel ou tel paramètre un raté ou un wowwww … Rien de tel que quelques nouvelles et fraîches photos pour se faire une (petite) idée …

… un bel exemple où les couleurs conservent leur personnalité : de la verdure, un vrai ciel bleu avec nuages et un tracteur bien rouge, hors cadre, dommage 😉

 

… les agapanthes, trépied et remote shutter (comme pour la photo suivante)…

 

… Pola et Zabou (le pola noir et blanc BW600 2.0 se trouve ici) …

… couleurs, piqué, … j’aime (à Bruxelles, allée du Kaai) …

 

… molette darken/lighten positionnée à une graduation vers darken tel que préconisé (toujours d’application pour la nouvelle chimie ? Les photos me paraissent assez sombres) par Impossible Project (la cellule du SX70 est calée sur la sensibilité des anciens films Polaroid légèrement moins sensibles que les films Impossible Project), je vise un ciel lumineux et un building (à Bruxelles, Gare du Nord), contre-jour partiellement masqué et … sous exposition.

{Polaroid SX70 Alpha / Film TIP SX70 Color 2.0 Beta}

 

0

J’ai testé le film SX70 2.0 Beta d’Impossible Project

8 juillet 2015   2 commentaires   permalink

Avec la reprise de quelques machines, une poignée de survivants de Polaroid décidèrent de redonner vie à ces petits bouts de cartons, captures d’instants de vie, ainsi qu’à ces millions d’appareils qui du jour au lendemain se retrouvaient privés de films …

Les machines ne suffisaient pas, il fallait aussi ces réactifs complexes capables de transformer votre pola en une usine chimique miniature … production insuffisante, réglementations environnementales … et les réactifs, eux aussi disparurent.

Les “survivants”, un peu fous, se lancèrent malgré tout dans leur Impossible Projet … refaire autrement du Polaroid en repartant de zéro. Et comme l'”impossible” peut rester du domaine du possible à force de volonté, d’ingéniosité, petit à petit, ils donnèrent une nouvelle vie au Polaroid.

Assez loin des “caprices” des premières moutures, Impossible commença à dompter le processus et pu s’adresser au (presque) grand public.

Un grand pas a été franchi pour les films noir et blanc avec la version 2.0 et, maintenant, c’est au tour de la version couleur.

Si, sur papier, pour les ingénieurs d’Impossible, la recette semble au point, mais, sur le terrain, dans les multiples configurations “rencontrables”, il n’en est peut-être pas de même et rien de tel que de multiplier les tests … trial and error et, petite touche par petite touche, le succès est/sera au bout du processus.

Avec un peu de chance, je me suis retrouvé avec 3 packs de films SX70 Color 2.0 Beta et … premières impressions (conditions estivales … bonne luminosité et température élevée à très élevée)

  • la protection (shielding) du pola à l’éjection n’est plus nécessaire …
  • le processus de développement est (un peu) plus rapide. L’image commence à se dévoiler après 5-10 minutes et le processus s’achève après une trentaine de minutes … le vrai instantané, celui qu’on partage (presqu’) immédiatement n’est pas encore au rendez-vous contrairement au noir et blanc 2.0 …
  • les couleurs sont brillantes, assez fidèles …
  • les photos sont bien détaillées …
  • que passera-t-il dans les conditions “extrêmes” de température sachant que pour un pola Impossible, les conditions optimales de température se situent entre 13 et 28°C) ?
  • sur ces films beta certains ont constaté la présence de rayures et de lignes peu sympas, moi non … béni des dieux ?

Et c’est ici que certains, tristement, voient disparaître l’imperfection, l’inattendu qui rendait, à nos yeux, les polas si … parfaits.

Mes premiers essais fleuris …

… un gazania …

 

… du pourpre avec une clématite …

 

… de l’orange avec un glissement de couleur inattendu …

 

… et une version (particulièrement réussie 😉 ) SX70 première génération (comme quoi, même les vieilles générations avaient du bon)…

 

0