Autour du MIMA … en attendant l’ouverture …

4 mars 2016   0 commentaire   permalink

L'ouverture du MIMA, alias le Millennium Iconoclast Museum of Art (et oui …), est programmée pour le 24 mars.

C'est au bord du canal Charleroi-Bruxelles, sur le quai du Hainaut à Molenbeek (quand la no go zone médiatique devient une zone to go 😉 ) , dans les anciens bâtiments de la brasserie Belle-Vue, que va s'ouvrir ce musée aux objectifs pour le moins appétissants …

Le MIMA exposera un art où les domaines créatifs sont totalement décloisonnés: un mélange de cultures musicales (punk-rock, electro, hip hop, folk), graphiques (graphisme, illustration, design), sportives (skateboard, surf, sport extrême), artistiques (cinéma, art plastique, performance, BD, tatouage, stylisme), urbaines (graffiti, street art) et geek. Concrètement, le musée présentera des artistes qui, par le simple fait de ne pas s’exprimer uniquement dans la communauté de l’art contemporain, reflètent une nouvelle pensée. (ArtistikRezo)

Et pour commencer une exposition (du 24/03 au 28/08/2016) où devraient se côtoyer des oeuvres de Momo, Faile, Swoon (Wowww … j'y cours) et Maya Hayuk,

En prélude à l'inauguration et pour patienter (oui, je piaffe) quelques polas dormant dans mes cartons …

… Maya Hayuk à Bruxelles (en face d'Alice Gallery) …

 

… les bâtiments Belle-Vue …

 

… un pola avec film Fuji FP100C (film récemment et définitivement condamné par ce même Fuji … implacable logique économique 🙁 ) …

 

 

… à côté, l'hôtel Meininger où on peut apprécier quelques fresques de Dude Company …

 

 

… toujours sur le quai, un square et le disc-o-phare (Solo Cink, Ognev Vlaminck, Costik) …

 

 

… mais aussi le terrain friche de la Parfumerie, avec ce bâtiment (incendié depuis) et un joli Crayon/Créons …

 

… un peu plus loin, toujours le long du quai, une invitation au voyage …

 

… et place au presque grand large 😉 …

 

 

0

#pola vs hipsta# … Lille

26 février 2015   2 commentaires   permalink

Edgar Poe disait que « toutes choses sont bonnes ou mauvaises par comparaison » … du binaire avant l'ère digitale, du « 1 ou 0 » et rien que ça.

Heureusement, en accolant les bits (une lettre de plus et c'était le dérapage) on peut passer à l'octet, à l'hexadécimal ou plus et la nuance apparaît, effleurée, lentement approchée.

Mais je m'égare … Cette série pola vs hipsta n'a pas pour vocation de décréter le bon, ni le mauvais. J'en suis fondamentalement incapable. Non, juste de placer en vis à vis l'analogique et le digital et ce de façon … numérique.

Hélas, jamais je ne pourrais vous faire sentir le plaisir du bzzzzzzzziiiiiiiinnnnnnnklakk du pola recraché par la caméra, l'impatience du développement « instantané » (30-40 minutes c'est long), la surprise face au comportement inattendu de la chimie, le bonheur de tenir en main ce minuscule petit carton avec une image, votre image … Mais là on quitte le virtuel.

Pour en revenir à cette série, il y a l'œil et, d'un côté un objectif, de la chimie et du numérique (le scan dénature le pola comme le mp3 dénature le vinyl) et de l'autre un objectif, un capteur, un filtre …

Quelques confrontations lilloises comme Euralille …

 

 

… un pochoir de The Dude Company (et ses Dude Cities, ici Berlin) et de ? (le sympathique personnage orange) …

 

… un hommage à Charlie par Jef Aerosol …

 

Pour ces photos le combo Long Island Hipstapak utilisé sur Hipstamatic est formé de l’objectif Florence et du film Robusta. Et pour les suivantes, un nouveau combo, le Bushwick Hipstapak, objectif Hannah et film Otto, …

 

 

0

Le modèle et l’œuvre … rencontre

21 octobre 2013   0 commentaire   permalink

Si vous êtes perspicace vous aurez noté que j'ai un autre blog orienté street art. Bien que non spécialiste en art, en street et en n'importe quoi, j'aime …

Ainsi, un des premiers artistes « locaux » à attirer mon attention fut Etienne Bergot aka The Dude Company … une superbe Erykah Badu perchée sur un tabouret quelque part sur un mur lillois …

Actuellement, The Dude Company, est dans un trip (The Dude Cities) « ville + architecture moderniste » et dans cette série d'œuvre (Lille, Berlin, Bruxelles, …) il a utilisé le bâtiment Wielemans-Ceuppens (dans un prochain billet je vous présenterai quelques polas de ce bâtiment) et, lors d'une visite à l'atelier d'Etienne Bergot, un de mes polas du Wiels a rencontré son « portrait » …

Oui, en bas à droite, c'est bien mon pola collé par le Dude lui même 😉 … moment de pure jubilation (oui, il m'en faut peu …)

Ne manquez pas de faire un détour par mon blog @necDOT où vous en verrez plus sur le Dude et beaucoup, beaucoup d'autres …

Et un pola du Wiels, en vrai … (D’autres dans un prochain billet)

 

 

0

Où suis-je?

Vous consultez actuellement les billets avec le tag etienne bergot dans obsolescence programmée.