#japon2017# … Vermillon …

31 août 2017   0 commentaire   permalink

Le rouge vermillon (le sulfure de mercure ou vermillon pour les intimes est un pigment minéral connu et synthétisé depuis quelques siècles) est une couleur typiquement japonaise portée majestueusement par les toriis mais pas que …

Je me suis posé la question du « pourquoi cette couleur ? » … sans trouver de réponses plus satisfaisantes que quelques « parce que … » évanescents et peu convainquants.

« Symbole de sincérité et bonheur » … okay mais j'aurais aimé quelque chose de plus assuré. Alors, à défaut d'explication, un proverbe

朱に交じれば赤くなる

qui se traduit par « qui se mélange avec du vermillon devient rouge » (ici)

Mais surtout quelques polas tendance vermillon … du torii, passage du monde physique au monde spirituel (et retour …), au bavoir du kitsune, le renard messager d'Inari, …

 

 

 

 

 

 

 

#japon2017# … Où il est question de polaroids, de sushis et de haïkus …

23 juillet 2017   0 commentaire   permalink

 

Sur la cloche du temple

S’est posé un papillon

Qui dort tranquille.

Yosa Buson ( 1716-1783 )

Le Japon c'est … Il y a les mots. Pas toujours … Il y a bien les haïkus sorte de sushis poétiques. Une bouchée suffit. Mais parfois le ressenti relève de l'indicible, du moins pour un non-poète tel que moi. Heureusement, il y a les polas 😉

Dénigrer autrui ?

Je me lave l’esprit

En écossant mes pois.

Nakatsuka Ippekiro ( 1887-1946 )

 

 

 

 

 

 

 

{Polaroid SX70 ND filter / Film TIP Color600}

#miscelleanees# … Juin 2017

15 juillet 2017   0 commentaire   permalink

Chaud, très chaud … Paris. Pas idéal (au-delà de 28°C) pour les polas …

 

 

Sur la route dominicale, Spy … un arrêt … toujours le même … comme le capuccino et le mal de dos …

 

Les polas non scannés s'accumulent Bali, Japon, Paris … allez hop on s'y met. Trier, scanner, retoucher (un peu … la fidélité du scan n'étant pas de premier ordre) … Et un premier billet sur la gare de Kyoto. Pas vraiment Japon traditionnel sushi-temple-tori-kimono mais c'est aussi le Japon, mon Japon …

 

et cette interrogation sur le vieillissement des films IP noir et blanc … sépiatisation légère ou lente dégradation progressive …

 

Le 8, mon SLR680 (en fait j'en ai deux 😉 ) patine lorsqu'il « autofocuse » (peut-être devrais-je dire « lorsqu'il tente de mettre au point automatiquement »). C'est l'occasion de tester le service de réparation d'Impossible Project … mail envoyé … à suivre (j'ai écrit un billet relatant l'expérience).

Le 9, j'ai entrepris le « reskinage » de mon valeureux SX70 Babas (pour les connaisseurs, c'est le SX70 modifié électroniquement pour accepter les films 600). Le skin se décollait de partout et j'avais un set de chez Aki Asahi (le top) prêt à l'emploi. L'opération est simple mais légèrement fastidieuse pour détacher tous les dépôts de colle et préparer les surfaces pour la nouvelle peau …

 

Le 13 … Il est temps de publier les #miscelleanees# de mai. Quelques manipulations élémentaires 😉 plus loin le brouillon avait disparu dans les limbes immatérielles d'une mémoire informatique 🙁 … Aaaarrrggghhhh … Reconstruire le passé, même proche … ma mémoire y parviendra-t-elle ? (Depuis toujours, ma mémoire refuse d'entregistrer les événements passés. Très vite elle les noie. Seules quelques bribes subsistent … « Que faisiez-vous le … ? » Cette question je redoute qu'on me la pose un jour car que pourrais-je répondre ?)

Le 14 … faire joujou avec le SX70 et son accessoire closeup (#121). Le grand jeu impliquant trépied et remote shutter et … du soleil …

 

Canicule, records de chaleur … il fait trop chaud pour … plein de choses. À part manger des cerises …

 

Il serait temps de scanner mars photos japonaises … une première série avec les bouches d'égouts (petit hommage à Pierre Akechinsky qui aimait reproduire par estampage les bouches d'égouts … expo à La Louvière).

 

Retrouvés au fond, ou plutôt en bordure, de ma bibliothèque quelques numéros de Science Fiction Magazine de … 1977 … Oui, déjà à cette époque … L'occasion de quelques photos-joujou …

 

 

Retour de mon SLR680 après une remise en forme chez Impossible Project aux Pays-Bas … Satisfait, je suis 😉

 

 

#japon2017# … Pola Eley Kishimoto et Fushimi-Inari

7 juillet 2017   0 commentaire   permalink

Pour moi, un pola c'est une photo carrée dans un cadre blanc. J'ai bien dit « pour moi », libre à vous d'apprécier les cadres colorés, customisés des séries spéciales d'Impossible … Je suppose que ce blocage peut être imputé à une connexion neuronale défaillante … ou pas.

Et puis, tout intégriste passe (ou peut passer) par des moments de faiblesses et c'est ainsi que s'était glissé furtivement (mais intentionnellement) dans mes bagages un film Impossible Project Black and White avec cadre customisé Eley Kishimoto, fruit d'une collaboration momentanée et, je suppose, fructueuse entre Impossible et deux designers réputés (enfin pas jusque chez moi 🙂 … Une patte graphique géométrique noir et blanc qui pourrait coller avec l'atmosphère japonaise.

Et ce fut lors de l'ascension (complète … si, si … Les touristes craquent généralement apres 15 minutes, ensuite on se retrouve avec des japonais souvent – très – âgés mais vaillants) des milliers de marches encadrées de toris du site du temple Fushimi-Inari que ce pack émergea de mon sac.

Les toris en noir et blanc …

 

 

 

Le renard, kitsume, est partout et représente Inari la déesse des prostituées, des pompiers et de la fertilité …

 

 

Faute de lumière … bonjour le flou de bougé …

 

#japon2017# … Mes polas, au ras du sol …

21 juin 2017   0 commentaire   permalink

Il y a pas mal d’années, j’avais lu quelque chose sur Pierre Alechinsky … Il disait être inspiré par les bouches d’égout de certaines grandes villes jusqu’à en prendre les empreintes pour les réutiliser dans ses oeuvres (admirables). Dernièrement, ce jeune (pour l’esprit, l’humour, la créativité) vieillard (pour l’expérience, la sagesse), à l’occasion de l’expo Palimpsestes au Centre de la Gravure et de l’Image Imprimée à La Louvière, redisait son plaisir de reproduire les surprenants graphismes de ces bouches d’égout … (Pour les amateurs d’Alechinsky, en téléchargement le catalogue de l’expo Pierre Alechinsky : margin and center au Guggenheim Museum en 1987)

« On marche dans les villes et on ne les regarde pas. On ne se rend pas compte qu’il y a là une imagerie étonnante. Quand j’en repère une, il n’y a pas dix manières de faire. Je me retrouve a quatre pattes au sol, à hauteur de chien, avec mon papier, ma brosse et mon encre de Chine. Mais il faut faire ça très tôt pour qu’il n’y ait pas de circulation … » (Interview de Pierre Alechinsky, journal Le Soir)

Parfois les moins grands esprits rencontrent les grands esprits … Quelque semaines avant durant mon petit périple japonais j’avais moi aussi flashé sur ces bouches d’égout jusqu’à en prendre une série de polas sous les regards (toujours) dignes, parfois surpris de japonais (il faut dire que la mentalité japonaise est étonnamment assez surprenante et permet dans de nombreux domaines beaucoup, beaucoup de fantaisie).

Place à quelques pola-estampages … Tokyo, Kyoto et Fukuoka (et quelques autres ici)

 

 

 

 

{Polaroid SX70 modif. 600 / Film TIP Color600}

 

Où suis-je?

Vous consultez actuellement les billets avec le tag kyoto dans obsolescence programmée.