Ne jamais dire jamais … Lomo Instax Square

16 février 2018   1 commentaire   permalink

Polaroidophile inconditionnel, jamais je n'aurais imaginé franchir les lignes ennemies et shooter du Fuji Instax. Et puis, au détour d'un financement participatif sur KissKissBankBank, un moment de faiblesse et, avouons-le, de curiosité pour le fruit défendu, je me retrouve avec un appareil Lomo Instax Square acceptant les films Fuji Instax Square mais aussi Mini (en changeant le dos).

Au déballage, en premières impressions, l'appareil est léger, relativement petit (car pliant avec soufflet), avec une forme angulaire héritée, selon certains, des anciens appareils de la marque russe. En noir il est discret et n'est pas trop encombrant (moins qu'un OneStep2 non pliant).

Le tout en plastique donne une impression de cheap … jour après jour, après dépliages-pliages successifs, va-t-il tenir le coup et garder ce look assez chic malgré tout (de gustibus …). L'obsolescence semble au programme. Ce n'est pas un bon vieux SX70 solide et fier de ses (plus de) 30 ans d'âge.

Au niveau des fonctionnalités, il est assez complet (flash, timer, modes Auto/B, multi-exposition, compensation d'exposition, compteur de photos, emplacement pour filtres colorés). Une petite télécommande est également astucieusement insérée dans l'appareil pour prendre des photos à distance. En remplaçant le dos on peut utiliser des films Instax Mini. Le tout utilise 2 piles CR2 et une pile bouton pour la télécommande.

Après avoir trouvé films (2 fois moins chers pour 10 photos qu'un Polaroid avec 8 photos) et piles (non fournies), je me suis directement lancé … Enfin, pas vraiment directement car la tenue en main n'est pas évidente … haut-bas ? Gauche-droite ? Déclencheur ? Avec un peu d'habitude …

Grosse déception … le viseur … tout petit et pas vraiment adapté à un myope porteur de lunettes. Je ne distingue pas vraiment le cadre de la photo. Faudra s'y faire … D'autant plus que ce n'est pas un SLR et un décalage entre ce qu'on vise et ce qui sera sur la photo n'est pas impossible (en fait réel pour les faibles distances). La mise au point se fait par un curseur … on choisit/estime une distance entre 0,8m et l'∞, l'appareil fait le reste. Assez bien …

Deuxième déception (attendue, celle-là) … les photos square ont le look des polas mais en (beaucoup) plus petit (surface de la photo 37,1cm² contre 59,3cm² pour les polas). La différence de prix des films trouve ici un début d'explication …

Le couple Lomo-Fuji fonctionne assez bien et le résultat est honorable … développement rapide, photos assez bien définies, couleurs fidèles. Les films Fuji sont bien maîtrisés au détriment de ce qui fait le charme (ou pas … les avis sont partagés) des films polas plus sensibles à l'humeur du temps, de la chimie et du photographe. Et, à confirmer, une tendance à la surexposition (par beau temps en extérieur, pas de flash et corriger l'exposition à -1) …

Vais-je vraiment l'adopter ? Qui sait ? L'appareil est convivial … photos moins coûteuses, développement plus rapide … on shoote, on échange et … on oublie ? Moins de créativité, photos plus petites, impression de fragilité (mon sac photo n'est pas n'est pas un couffin, loin de là). Plus de fun que de passion … Non, il ne va pas détrôner mes polas.

Quelques confrontations (oui, Fuji est moins cher mais sensiblement plus petit) Polaroid Originals (SX70/Color600) et Fuji Instax Square (Lomo Instant Square) …

… première photo dans un Bruxelles grisailleux …

 

… les munitions (intérieur/flash) …

 

… et pourquoi pas 😉 du Streetart à Tournai (artiste inconnu) …

 

… ou à Bruxelles, Seth GlobePainter à Anderlecht …

 

… ou Samuel Idmtal à Saint-Gilles …

 

0

#miscelleanees# … Août 2014

9 septembre 2014   0 commentaire   permalink

Sasha prend du poids mais pas autant qu’on le voudrait … questionnement, angoisse des parents mais 爷爷 (ça c’est moi) reste confiant 😉 Et cette façon de mordiller les jouets, de passer la langue sur les gencives ? Seraient-ce déjà les dents ! Y’a plus de jeunesse !

Soleil, pas de chaleur excessive, peu de vent (et puis aussi un peu d’orage et de pluie) … cool pour le vélo. J’emmène donc pola et trépied (léger … ouf) le long de l’Escaut pour un triptyque bucolique

{Polaroid SX70 Sonar AF / Film Impossible Project SX70 Color}

 

Hélas, pas pour longtemps revoilà nuages et (beaucoup d’) eau. Et déjà quelques clics sur la Baie et ailleurs, à la limite du compulsif (comme il s’agit chaque fois de quelques dizaines d’euros maximum, je parviens à rester en bons termes avec mon banquier) …

… le premier pour un polaroid 1000 sur la Baie, hyper banal mais hyper symbolique pour un pola fan. Le pola est d’abord parti pour 30,5€ alors que moi j’avais décroché à 27€ 😉 et puis, offre de la seconde chance (kesako ?), le boomerang m’est revenu (peut-on poursuivre pour harcèlement ?) mais finalement, intéressé, j’ai accepté mais … trop tard ;-( Ensuite ce même pola est remis en vente, je place une enchère à 28,5€, quelqu’un surenchérit et moi finalement j’en oublie (acte manqué ?) le terme … tout ça pour rien …

… le deuxième pour l’achat ferme (et réfléchi, lui) de deux lanières pour SX70 (une brune en cuir et une noire en nylon … chez Mint. Utile pour « lâcher » le pola quand une troisième main est nécessaire) … mais, cette fois-ci, le colis est reçu … deux fois. Est-ce une façon pour Mint d’être sûr que le colis arrivera bien (ah ! Le sérieux asiatique …) ? Et puis un coup de téléphone de Hong Kong (oui, ils connaissent la Belgique), pour s’excuser (pas de hara-kiri cependant … ils sont chinois) et pour éventuellement 😉 me proposer de leur renvoyer le doublon. No problemo, en Belgique, on est aussi reglo. Je ne peux m’empêcher de reproduire ici le petit pola manuscrit joint au premier colis (sympas ces gars de HK !) …

 

… le troisième pour quelques packs de films Fuji FP3000B, bientôt denrée rare (Fuji en a stoppé la production)

… le quatrième (après être passé vainement à la FNAC et chez un photographe …. Amazon me le promettait en quelques jours) pour un plateau 785PL (un petit truc-bidule qui se visse à l’appareil photo et se clipse au trépied Manfrotto)

 

Au marché de Wazemmes (Lille), le mardi … serait-ce déjà le jour du poisson ?

 

Et la meteo ? Première et deuxième semaines mitigées (et la fin du mois le sera tout autant) … beaucoup moins, si on aime la pluie …

Et puis un week-end « молодец » Sasha presque 100% (Bà nôi n’assure plus vraiment pour l’allaitement quand à 爷爷, physiologiquement, ça n’a jamais été son truc … Oui, on n’a rien à envier à la tour de Babel) qui s’achève en pluies torrentielles sur Tournai. Et quelques jours plus tard à Saint-Gilles et son parvis …

 

… puis à Molenbeek, un mural qui permet d’affronter la tempête, ou pas …

 

Ensuite, un rapide passage à Gand (en relisant ces miscelléanées j’ai l’impression de franchir le mois un peu comme un cours d’eau, en posant les pieds ici et là sur quelques gros galets affleurant à la surface, alors que l’eau, la vie, le quotidien, ordinaire ou pas, suit irrémédiablement son cours) aux préparatifs du Graffiti Event aux abords du musée du Dr Guislain …

 

Tout cela avant d’achever ( et d’entamer le prochain) le mois à Londres 😉 … les taxis, les bus rouges, la reine, les scones, Saint-Martin in the Fields, la tamise, et j’en passe, comme le fameux cornichon …

 

Et, le sort étant ce qu’il est … insortable, la pluie que nous avions laissée en Belgique ne nous a pas suivis (ou si peu). Mais sécheresse ne signifie pas chaleur ou lumière. Et, question lumière, ce n’était pas top pour les polas (les limites du 100 ISO) jusqu’à ce que, Charybde suit toujours Scylla (ou l’inverse), le si chatoyant bouton rouge de mon SX70 me reste en main et condamne mon SX70 au chômage … provisoire ? Définitif ? Qui sait ?

… réponse en septembre … peut-être

 

0

Charles Plisnier à Saint-Gilles

19 novembre 2013   0 commentaire   permalink

Rien de tel qu'un parcours semi aléatoire pour vous faire découvrir, non pas des trésors, mais des petits détails, insolites … ou pas.

C'était à Saint-Gilles, commune bruxelloise assez agréable à coloration très portugaise, à part le ciel évidemment, du moins ces jours-ci.

J'aurais pu être à la recherche d'un bistrot pour me régaler de bacalhau. Mais non, quelques pastei de nata à la crème coulante dans son nid feuilleté me suffirent.

A l'approche du parvis de Saint-Gilles, inattendu, un petit square, vallonné, le parc Pierre Paulus. Au fond, bien dissimulée, une mare et des canards. Plus haut, un buste de Charles Plisnier (œuvre de la sculpteuse belge Marguerite Acarin ou Akarova), auparavant porteur de la mention « et tu as changé de mystère », effacée aujourd'hui.


J'avoue, pour moi, Charles Plisnier, évoque une seule chose auteur belge. Au delà de ça … rien. Jamais lu et, a priori, aucun désir de le faire, mes priorités étant ailleurs. Mais juste une curiosité … pourquoi là ? Et c'est ainsi qu'en googleisant un peu je découvris que ce brave homme avait vécu à deux pas de là, place Louis Morichar . Intéressant, n'est-il pas ? … ah, bon …

Poursuivant ma promenade … le parvis de Saint-Gilles et un petit café au café de l'union ou à la maison du peuple …

 

0

Où suis-je?

Vous consultez actuellement les billets avec le tag saint-gilles dans obsolescence programmée.