#japon2017# … Mes polas, au ras du sol …

21 juin 2017   0 commentaire   permalink

Il y a pas mal d’années, j’avais lu quelque chose sur Pierre Alechinsky … Il disait être inspiré par les bouches d’égout de certaines grandes villes jusqu’à en prendre les empreintes pour les réutiliser dans ses oeuvres (admirables). Dernièrement, ce jeune (pour l’esprit, l’humour, la créativité) vieillard (pour l’expérience, la sagesse), à l’occasion de l’expo Palimpsestes au Centre de la Gravure et de l’Image Imprimée à La Louvière, redisait son plaisir de reproduire les surprenants graphismes de ces bouches d’égout … (Pour les amateurs d’Alechinsky, en téléchargement le catalogue de l’expo Pierre Alechinsky : margin and center au Guggenheim Museum en 1987)

« On marche dans les villes et on ne les regarde pas. On ne se rend pas compte qu’il y a là une imagerie étonnante. Quand j’en repère une, il n’y a pas dix manières de faire. Je me retrouve a quatre pattes au sol, à hauteur de chien, avec mon papier, ma brosse et mon encre de Chine. Mais il faut faire ça très tôt pour qu’il n’y ait pas de circulation … » (Interview de Pierre Alechinsky, journal Le Soir)

Parfois les moins grands esprits rencontrent les grands esprits … Quelque semaines avant durant mon petit périple japonais j’avais moi aussi flashé sur ces bouches d’égout jusqu’à en prendre une série de polas sous les regards (toujours) dignes, parfois surpris de japonais (il faut dire que la mentalité japonaise est étonnamment assez surprenante et permet dans de nombreux domaines beaucoup, beaucoup de fantaisie).

Place à quelques pola-estampages … Tokyo, Kyoto et Fukuoka (et quelques autres ici)

 

 

 

 

{Polaroid SX70 modif. 600 / Film TIP Color600}

 

#miscelleanees# … Mai 2017 …

15 juin 2017   0 commentaire   permalink

L'intelligence artificielle ne peut pas tout … Jour après jour j'ajoute quelques grains de mémoires à ce billet et voilà que suite à un geste imprudent (lequel ? J'avoue ne pas avoir compris) le billet disparaît définitivement dans les limbes numériques … trou de mémoire digital. Tentons de remonter le temps et de redécouvrir ce qu'a été ce mois de mai …

Un début de mois japonais … Le pays du Soleil Levant et, il faut l'avouer, le soleil s'est levé régulièrement pour nous, rendant notre séjour assez idyllique météorologiquement parlant.

Le 2 nous entamons notre JR Pass en quittant Tokyo pour Kyoto … Prélude d'une suite favorable, Maître Fuji daigne se montrer dans toute sa splendeur … oui, le moment est plus que mémorable

 

Le 4, direction Fukuoka – non je ne redirais pas tout le bien que je pense du Shinkansen … quand le JR Pass veille –

 

 

Le 8, retour à Kyoto et le 19, incontournable Hiroshima …

 

Le 11, Fushimi-Inari et son chemin bordé de milliers (non, je n'ai pas compté …). Oui, je suis allé jusqu'au bout et même un peu plus (oui, dans mon ardeur j'ai réussi à emprunter un chemin … qui ne menait nulle part) …

 

Le 12, Kurashiki et son quartier historique de Bikan … avec le JR-Pass on n'hésite pas à prendre le Shinkansen et à parcourir quelques centaines de kms pour une excursion de quelques heures

Ensuite, Kyoto et alentours … Heian Jingu shrine, le temple Ginkakuji, la rivière Kana, Chion-Ji, Nijo-Jo …

 

 

 

 

 

Et le 16 … retour …

 

Très vite, le devoir nous appel et jetlaggés à mort nous assurons un baby-sitting intensif … heureusement pas de victimes 🙂 à part, peut-être, notre dos …

Bruxelles, profitons des derniers jours pour visiter l'expo de Joachim …

Et lorsque le balancier de la vie traîne un peu trop du côté lumineux, le retour vers l'obscur est parfois dur … bye, bye Mamy Paris.

Un séjour non prévu à Paris et de temps en temps une évasion … vadrouiller, rêvasser, … Sous un soleil vigoureux … le canal de l'Ourcq, les fresques du 13e, …

 

 

Et juin est déjà là, impatient …

#japon2017# … Mes polas, Kyoto Station #2

12 juin 2017   0 commentaire   permalink

Site inspirant ? La gare de Kyoto reste pour moi un symbole du Japon moderne. Une architecture audacieuse, ouverte, métallique et minérale, alimentée par le flux continu de la foule.

Quelques polas (revoir le premier billet) où l'individu tente d'exister dans le cœur de cette cathédrale technologique …

 

 

 

 

… mais pas que …

 

 

 

#japon2017# … Mes polas, Kyoto Station #1

7 juin 2017   1 commentaire   permalink

Mes polas japonais … le plaisir d'ouvrir les boîtes, d'en extraire les petits cartons impressionnés et de revivre ces instants, ces flashs, ces ratages (toujours frustrants car ils ne se révèlent qu'avec lenteur, trop tard. Et parfois tels les souvenirs avec le temps, le pola a réinterprété la réalité, ses couleurs, ses aspérités …).

Et puis la numérisation … mon scanner a une conception des couleurs très personnelle. Enfin, je crois … Alors il faut photoshopper délicatement pour retrouver le plus fidèlement l'original. Fastidieux …

Mais, pas égoïste pour cinq sous, je vais leur consacrer une série de billets, sorte de carnet de voyage, croquis d'un non-dessinateur, … pas de dates, pas d'itinéraire, pas de trucs et astuces … non … juste des moments, des impressions, en images.

Carnet incomplet aussi, car lorsque l'émotion est trop forte j'en oublie mes appareils photos 😉

Il est impensable d'aller au Japon et de ne pas passer par Kyoto. Et pour beaucoup, le premier souffle kyotoïte (ça se dit ?) c'est la gare et la Kyoto Tower voisine … des escalators monumentaux, la foule, de l'acier, des grillages, le ciel … J'y ai passé quelques heures …

 

 

… un peu de n&b …

 

 

… et en individuel …

 

 

 

 

Le 131 …

4 juin 2017   0 commentaire   permalink

Cela faisait longtemps …

C’est au tour du 131 (d’autres numéros) … D’accord, ce nombre est d’une fade banalité. De quoi laisser bouche bée le numérologue (?) le plus disert …

Et pourtant si d’aventure vos pas vous ont mené avenue Vincent Auriol dans le 13e parisien et si vous avez levé le regard (je dis « si » mais impossible de faire autrement dans cette avenue copieusement parsemée de fresques murales), peut-être, vous arrêterez vous au 131 face à la fresque de Maye.

Dans un univers onirique un frêle personnage décharné chevauche un flamant rose … sorte de don Quichotte camarguais ?

 

 

 

 

{Polaroid SX70 / Film Impossible Project SX70 Color}