Et un polaroid 250 pour monsieur, péniche sur l’Escaut

26 août 2013   0 commentaire

Oui, un de plus. J'ai reçu la bête il y a quelques jours. Et comme toujours, l'habit est loin de faire le moine.

Cosmétiquement ok … si ce n'est un peu de rouille au niveau du mécanisme de fixation des rouleaux.

Fonctionnellement … la mauvaise surprise. Testant, l'appareil avec du Fuji FP-3000 B très sensible, mes premières photos sont ressorties avec une belle tache claire diffuse dans le bas. Fuite de lumière … trous dans le soufflet ?.

Effectivement en passant, dans le noir complet, une lampe de poche à l'intérieur du soufflet, un, deux … quatre petit points lumineux apparaissent de l'extérieur. Enfer et damnation …

Une recherche sur le net … et quelques techniques de réparation se dégagent. J'élimine celles qui demandent un démontage complet du soufflet. Avec deux mains gauches et un naturel angoissé ce n'est pas une manipulation évidente.

La première utilise un adhésif liquide utilisé en électricité (exemple liquid electrical tape). Ce type de produit semble inexistant dans nos contrées et, dixit un professionnel, cela serait dû aux normes CEE. On peut cependant passer par le net et commander. Mais inutile de le dire, je suis pressé.

Deuxième méthode … « sprayer » à l'intérieur du soufflet une peinture spéciale noire. Faut faire gaffe à la lentille.

Troisième méthode … utiliser un rouleau d'adhésif utilisé en électricité, pas trop large, pas trop cher (le « bon marché » serait plus souple). Après avoir repéré et marqué avec un feutre les petits trous, j'ai nettoyé les zones à l'alcool. Après séchage, j'ai appliqué des petits morceaux (10-15 mm de long) d'adhésif en pinçant délicatement suivant le pliage du soufflet (le collant est presque invisible comme le montre la photo en début de billet).

Après la pose, le pliage du soufflet ne pose aucun problème.

Et les photos ? … apparemment la réparation est efficace à plus de 90% (resterait-il un trou non repéré ?). Les premières photos sont presque parfaites. La réparation tiendra-t-elle ?.

La tache lumineuse (en bas, à droite) sur une photo de saison … la fenaison

 

et après « traitement » et colmatage des trous … péniche sur l'Escaut

 

Je dois ajouter qu'ayant lu qu'on devait « bien » appuyer sur le bouton rouge de prise de vue (pour ne pas « contrecarrer » le processus de pose) et bien, j'appuyais en le maintenant quelques fractions de secondes supplémentaires, excédentaires (?). Et, par hasard, j'ai tenté l'essai avec un « déclenché » sec et clair et, miracle, les taches blanchâtres ont disparus comme vous pourrez le constater dans le prochain billet consacré à une petite balade bruxelloise.

(Maj) Joie prématurée ? Je dois me résoudre à constater/admettre que ces taches/ombres blanchâtres apparaissent toujours et pas de façon répétée. Après m’être renfermé dans une pièce bien noire et avoir baladé une lampe de poche derrière le soufflet … rien, pas de trou apparent. Le problème viendrait-il d’ailleurs ? Le remplacement du couvercle plastique du pack de film par un « couvercle » métallique polaroid (voir ici) ? Une piste … Je viens de tester un vieux film FP-100 B Silk (non, je n’aime pas cette texture grainée. J’en parlerai dans un prochain billet), sans changement de « couvercle » … pas de tache (mais le film couleur est de loin moins sensible)

 

A lire aussi ...

Tagged , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Où suis-je ?

Vous lisez actuellement Et un polaroid 250 pour monsieur, péniche sur l’Escaut dans obsolescence programmée.

Infos sur ce billet

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com