A propos

Light bulb …

Quelque part aux US (Livermore ?) dans une caserne de pompiers trône (ou plutôt pendouille) une bonne vieille ampoule à incandescence

  • vieille … elle a plus de cent ans et plus d’un million d’heures au compteur
  • bonne … elle fonctionne toujours.

Lors de sa conception les commerciaux n’avaient pas encore, couteau dans le dos, « proposé » aux ingénieurs de « limiter » la durée de vie de l’ampoule. Pour vivre … faut vendre. Programmons l’obsolescence. Depuis, les parcs à containers (déchèteries) sont remplis d’appareils électriques/électroniques irréparables du moins à un coût acceptable.

Light bulb … ne serions nous pas nous aussi victimes de cette machination. Dès la conception, la machinerie biologique se met en branle et la vie, petit à petit, prépare la mort. Une histoire de gênes, de protéines, d’enzymes … la fin est programmée. Et notre Concepteur n’a pas eu besoin de commerciaux pour lui refiler le concept … puisque l’idée est de lui.

Light bulb, juste un etat d’esprit. Le temps passe et la fin se rapproche … inéluctablement mais avec le sourire.

Il sera donc question d’humeurs et de quelques objets familiers … les bons vieux polaroid increvables ou presque, pliants ou pas, d’un vélo Brompton pliant lui aussi, de pixels, de fleurs, de balades, … de la vie d’un nostalgeek.

Et un autre moi est ici http://anecdot.ouvaton.org
… il y est question de streetart, un art urbain, au cœur de la ville, de la vie aussi, éphémère …
 

et pour me contacter … un petit mail haasbr(at)gmail.com devrait suffire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *