Mise en abyme …

27 novembre 2013   0 commentaire   permalink

À chacun ses références …

Pour certains ce sera le Portrait des Époux Arnolfini de Jan Van Eyck où un petit miroir sphérique, ne peut qu'intriguer le spectateur en lui donnant une place dans le tableau.

Pour d'autres ce sera la pochette de l'album Ummagumma des Pink Floyd avec un miroir qui au premier abord (oui, Hipgnosis apporte quelques modifications) reproduit la scène dans laquelle un miroir reproduit la scène, où …

La mise en abyme est ce procédé artistique (ou pas … la récursivité en informatique est aussi une mise en abyme) particulièrement intrigant, surprenant, dérangeant par lequel une œuvre représente une œuvre similaire qui …

Voici ma contribution polaroidesque (SX70 AF et films IP Color 600) … une pub retrouvée dans un vieux magazine, un SX70, …

 

 

0

#florilege# Hydrangea et lonicera …

3 novembre 2013   0 commentaire   permalink

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle …

J'imagine les ricanements de Mère Nature … intoxiquée par nos rejets de gaz carbonique, obligée de le recycler en biomasse. Maintenant, elle peut sourire en nous voyant râteau à la main ramasser ces feuilles mortes qui ne cessent de tomber.

Mais là n'est pas mon propos … rescapées de l'été, quelques fleurs subsistent encore, plus pour longtemps …

… le chèvrefeuille ou lonicera …

… les hortensias ou hydrangea …

0

Folon … souvenirs, souvenirs …

15 août 2013   0 commentaire   permalink

Dans un précédent billet, je vous présentais la ferme abritant la Fondation Folon … Il y a (bien) longtemps (ô vieillesse ennemie …), Folon, encore jeune (lui aussi), faisait partie de mon environnement par reproductions interposées, …

Le temps a passé, une Fondation abrite ses œuvres dans un cadre qui dev(r)ait lui plaire … sérénité, poésie, nature …

Deux diptyques au polaroid SX70 avec film PX680 CP … dans la cour de la ferme

et l'atelier avec une main ouverte vers ce polaroid « d'époque » …

 

Le générique de fin de soirée sur Antenne 2 (ex France 2) …

 

 

 

0

Photo instantanée … Polaroid ou Fuji ? Impossible Project ou Fuji ?

12 août 2013   0 commentaire   permalink

Avec la photo numérique vous pouvez shooter jusqu'à plus soif … une photo ratée, on recommence et les photos s'accumulent sur les cartes mémoires, disques durs ou éventuellement sur les réseaux sociaux, Facebook, Flickr, Instagram, … S'accumulent et s'oublient … Combien de photos connaissent le bonheur de se voir couchées sur un beau papier et livrées, de cette façon, aux yeux de tous ?

Alors pourquoi pas la photo instantanée ? Hélas, le numérique a tué Polaroid, a mis à mal Fuji. Et malgré quelques projets en voie de réalisation (l'Instant Lab d'Impossible Project ou le Polaroid Socialmatic, tous les deux annoncés pour les mois à venir), il est difficile de croire en un retour victorieux. Et pourtant quel plaisir de tenir en main, en direct, un vulgaire bout de carton, immortalisation de l'instant présent.

Alors, oui, pourquoi pas la photo instantanée, celle que certains artistes, fêlés, mordus, passionnés, curieux ou juste amateurs continuent à pratiquer. Non pas pour faire vintage (quoique …), non, juste pour retrouver un plaisir disparu, étouffé par la technologie galopante. A la lecture de ce blog vous constaterez que, parti d'un pola 635CL retrouvé dans un tiroir il y a quelques mois, j'ai fait un peu de chemin …

En terme d'appareils, il faudra choisir entre les appareils Fuji ou Polaroid

  • Les Fuji , Instax Mini et Wide, sont encore fabriqués et donc sont parfaitement fonctionnels.
  • Les Polaroid eux resurgissent du passé dans les brocantes, sur eBay ou autres sites marchands à des prix variables, dans un état pas souvent garanti … gare aux surprises (bonnes ou mauvaises). Les modèles sont très variés mais on peut distinguer pour faire très simple les appareils utilisant les films Fuji (ce sont essentiellement les Polaroid Land Camera 100-400) et ceux utilisant les films Impossible Project, repreneur de la technologie Polaroid, de 70 ASA comme les SX70 , pliants ou pas, ou de 600 ASA comme les SLR 680, certaines box, …

En terme de films, il faudra choisir entre les films Fuji ou Impossible Project

  • Les films Fuji sont moins chers et donnent des photos au rendu plus naturel, plus attendu. Le développement est immédiat (1 ou 2 minutes), on peut parler d'instantané. Pour les Instax il est relativement facile d'en trouver en magasin alors que pour les peel-apart (pour Polaroid 100-400), souvent, il faudra passer par des boutiques on-line. Les photos peuvent être (très) petites pour les Instax Mini ou plus larges pour le format Wide.
  • Les films Impossible Project dont la technologie est imparfaite (Polaroid en disparaissant a emmené certains secrets) sont plus chers (plus de 2€ la photo), sont capricieux (difficile de prévoir le rendu de la photo principalement à cause de la forte sensibilité à la température), se développent lentement (il faut compter plus de 45 minutes). Des améliorations sont promises …
Et puis il faut ajouter un facteur subjectif, non négligeable … Les appareils Polaroid sont chargés d'un passé évocateur (on est sur les traces d'Andy Warhol, Patty Smith, …) alors que ce n'est pas vraiment le cas pour les Fuji (et l'appareil Fuji Instax 210 est assez volumineux et, avouons-le, pas très sexy).

A titre d'exemple … la même scène en deux photos. La première avec un Polaroid 240 et film Fuji FP-100C et la deuxième avec un Polaroid SLR680 et film Impossible Project PX680 CP (série spéciale Gold Frame de 12/2012). La température était proche de 26°C … le film Fuji encaisse parfaitement alors que l'Impossible Project prend une teinte marron-chocolat.

Pour en savoir plus, pour poser vos questions à de vrais spécialistes 😉 une seule adresse Polaroid Passion

 

0

#florilège# Campanule …

4 août 2013   0 commentaire   permalink

Bernardin de Saint-Pierre aurait dit (ah qu'il est doux d'exposer sa culture, d'autant plus si elle est botanico-littéraire 😉 … avec un petit coup de pouce de ce bon Google) dans le deuxième tome de ses Études de la Nature

… campanule que Tournefort regarde comme la plus belle qu'il ait jamais vue, et qu'il sema au jardin des plantes, où elle a réussi, est de forme pentagonale. Chacun de ses plans est formé de deux portions de cercle, dont les foyers se réunissent sans doute sur la même anthère ; et le limbe de cette campanule est découpé en cinq parties, dont chacune est taillée en arcade gothique comme chaque pan de la fleur.

Effectivement …

J'avouerai que de cette petite fleur assez sauvage, vigoureuse quand elle trouve sa place, je retiendrai l'origine de son nom campana, petite cloche en latin.

 

0

Où suis-je?

Vous consultez actuellement les billets avec le tag px680 dans obsolescence programmée.