Ma Polaroid Week … automne 2018

27 octobre 2018   2 commentaires   permalink

Deux fois l’an, une certaine effervescence s’empare de la communauté des polaroidophiles … les Polaroid Weeks.

Durant une semaine, 6 jours en fait, on est convié à poster 2 instantanés tout frais (inédits du moins) sur les réseaux sociaux Instagram, Flickr … Une façon de constater l’ampleur, la vigueur et la diversité de la photo instantanée Polaroid et Fuji.

Le polaroid est pour moi la capture d’instants de vie teintée de subjectivité, celle du photographe (je ne parle pas de l’artiste mais du gars qui appuie avec plus ou moins de bonheur sur le déclencheur) et celle de la chimie (on l’a assez souvent répété, l’instantané Polaroid est plus que capricieux). Ces instants on (je) les vit, les engrange et les partage ici, parfois, pas tous (l’item “scanner les polas en attente” ne figure pas en haut de ma todo list. En bon procrastineur la catégorie “urgences” est généralement vierge et ses items inexorablement reportés dans la catégorie “plus tard, sans faute … si possible”).

Voici donc ce qu’aura été ma semaine Polaroid … de tout, de rien, des souvenirs qui remontent de loin, des bonds et rebonds dans le temps et l’espace (l’occasion de scanner des “oubliés”) et beaucoup de plaisir …

Jour #1 … Paris …

Sky ... (BNF, Paris)

Sky ... (BNF, Paris)

Jour #2 … Merville-Franceville …

On the Beach, ...

On the Beach, ...

Jour #3 … Tokyo …

Tokyo ...

Tokyo ...

Jour #4 … Bilbao …

Guggenheim Museum, Bilbao (Spain)

Guggenheim Museum, Bilbao (Spain)

Jour #5 … Bagan …

Old Bagan, Myanmar

Old Bagan, Myanmar

Jour #6 … last but not least Larmor-Baden …

Sunrise at Larmor Baden (France)

Sunrise at Larmor Baden (France)

1+

Une galerie à ciel ouvert … #2

16 août 2018   0 commentaire   permalink

Poursuivons notre balade autour de l’avenue Vincent Auriol dans le 13e …

Le Polaroid pack100 n’est pas particulièrement “ergonomique”. J’avais un Polaroid 250, une belle bête. Hélas le soufflet a mal vieilli et est piqueté de petits trous, sources de fuite (d’ailleurs, plus intrusion que fuite … question de sens) de lumière … irréparable et inutilisable. J’utilise le 330 … un peu lourd (bien que le 330 en plastique le soit moins qu’un 250 avec boîtier métallique), encombrant et moins souple (le 330 n’a pas le viseur Zeiss repliable du 250) … On fait avec.

Quant aux films pack100 “pelables” (le Fuji FP-100C), outre qu’ils soient en voie de disparition (ce qui est – de plus en plus – rare est de – plus en plus – cher 🙁 ) ils ont le gros défaut de “suinter” de produits chimiques lors du pelage (pour faire simple, après +/- 2 minutes, on sépare – on pèle – deux couches, le positif et le négatif, séparées par les réactifs). Ça coule, ça colle … pas top (La solution : intercaler une feuille de papier cuisson prédécoupée entre les positifs et le transport en devient plus aisé. Et le négatif ? Pour moi … poubelle . Shame on me). On en a donc plein les doigts. L’analogique c’est la vraie vie 😉

… Faile … à couper le souffle …

Faile, Paris 13

… Seth …

Seth, Paris 13

Seth, Paris 13

… Jorge Rodriguez Gerada …

Jorge Rodriguez Gerada, Paris 13

… Sheppard Fairey …

Sheppard Fairey, Paris 13

… Maye …

Maye, Paris 13

… et un peu plus loin, à la Butte aux Cailles … Veracidade …

Veracidade, Paris 13

et des graffiteurs anonymes …

Graffeurs, Paris 13

0

#streetaroid# … Eddie Colla, Paris (juillet 2018)

23 juillet 2018   1 commentaire   permalink

Eddie Colla déclare aimer Paris et, ces dernières années, il y a disséminé plusieurs de ses intrigants personnages, musclés, gantés, casqués, masqués, pas vraiment rassurants.

Qu'Eddie Colla ait une formation de photographe ne surprendra personne par le réalisme de ses personnages. Je les voyais comme des guerriers urbains issus de mégalopoles d'un futur proche, froidement hostiles. Et puis en cherchant un peu une explication style “mais bon sang de bon dieu, que veut dire l'artiste ?” j'ai découvert que la froide agressivité qui pour moi suintait de ces êtres n'en était pas vraiment et qu'ils cherchaient essentiellement/désespérément à survivre dans un environnement malsain sur tous les plans … pollutions, maladies, société. Oui, tout est agression.

Eddie Colla compare le travail du streetartiste avec la publicité … il refuse d'être traité de vandale car comme la publicité urbaine il utilise souvent les mêmes supports. A cette différence près … la publicité paie pour aliéner l'esprit du passant alors que le streetartiste vole l'espace pour apporter gratuitement du rêve, de la réflexion, … Voleur, oui, mais pas vandale.

Je n'en dirai pas plus, c'est si bien expliqué ici.

Et moi, “le passant au polaroid”, j'aime saisir ces moments éphémères (que dure une oeuvre de streetart ?) et laisser mon pola revisiter l'instant (température, chimie, et le photographe … tout est prétexte à singulariser la photo)

 

 

 

 

1+

#pola²# … Montmartre

17 novembre 2017   0 commentaire   permalink

Il y a les chemins convenus et ceux qui le sont moins.

Montmartre sans la basilique du Sacré-Coeur, sans la place du tertre, sans ses vignobles 😉 , … serait-il encore Montmartre ? Il y a Dalida aussi et … les cars de touristes.

Et puis, il y a ces allées, ces escaliers de traverse, ces nombreuses marches qui, en montée font battre le cœur, et, en descente, dégrippent les articulations. Plus calmes assurément. Plus plaisants aussi …

Un bel écrin pour la récente expo “de la profondeur des sentiments” de Jana et JS à la galerie Knafo …

 

 

 

 

 

 

0

#miscelleanees# … Octobre 2017

9 novembre 2017   0 commentaire   permalink

Automne … ciel gris, fraîcheur, chute des feuilles … Youpie ! … Quoique. Consolation … pire que septembre ce ne sera pas difficile. On (enfin … je) l’attendait l’été indien et ce sont les nappes phréatiques qui furent à la fête. On est content pour elles (et, finalement, pour nous) mais bon …

Reportons nos espoirs sur le mois d’octobre qui, je ne sais pourquoi, ne m’inspire pas. Ah oui, au milieu du mois il y aura la semaine du pola (ma Polaroid week). D’accord, il y a plus ébouriffant mais on vit ce qu’on peut à défaut de ce qu’on veut.

En octobre, j’aime rêver (et un peu plus … Et puis, il est temps pour les vols pas trop chers) à ce que sera(it) ma destination asiatique 2018. En mai, mes pas m’avaient amené au port de Hakata. Les ferries pour Busan en Corée m’appelaient. Ce sera pour 2018, me disais-je. La Corée … chercher l’erreur. Rocket Man … j’aime pas trop. Le plan B c’était Yangon et Bagan (le survol de la plaine des temples en ballon au lever du jour …) , la Birmanie pacifiée de Aung San Suu Kyi … Oui, une prix Nobel de la paix ça en jette. Ben, non ! Là aussi ça bugue … des bouddhistes violents, assoiffés de sang, où va-t-on ? Cherche plan C désespérément … dans un monde pacifié. En demande-je trop ?

 

En attendant, home sweet home. Et du rouge automnal en pola² et Polaroid Originals

 

 

Le 12, Bruxelles … expo Singes au Musée Royal des Sciences Naturelles avec Miniloup alias le Duschechkin. Sur le chemin, les Communautés Européennes …

 

Le 13, La Louvière, son Centre de la Gravure et une expo … Palimpsestes d’Alechinsky … vite, vite ça va se terminer … Que peut un Polaroid en intérieur et privé de flash ? Tentons le coup …

 

Le 15, des températures record (et un ouragan qui frôle l’Irlande … ), début de la RoidWeek. Pour moi ce sera, à tout seigneur tout honneur, du streetart avec Jana et JS à Vienne … (Jusqu’au 20 octobre, 10 photos … ici) …

 

Et toujours le 15, Tournai sous les bombes, événement livepainting au pied du beffroi avec Mr Bee, Bob Storme, FarmProd et quelques autres …

 

 

Le 16, profitons du soleil … au cimetière de Tournai 😉

 

 

Le 18, quelques jours à Paris. Au programme le MOMA à la Fondation Louis Vuitton, Jana et JS (oui, encore eux, mais pas que …) du côté de Montmartre, des banh cuon dans le 13e, la BNF, des polas ici et là (j’en oublie mon APN), et, en sourdine un virus/microbe qui tente de m’atteindre … Résisterais-je ?

 

 

Le 21, retour à Tournai et j’arrête de résister … il a vaincu (je parle de mon microbe/virus). Couette accueillante appréciée 🙂

Le 22 … Il y a un mois Impossible Project reprenait le nom Polaroid Originals et pour l’occasion, sortie d’une version 2 de l’iconique (et rudimentaire) OneStep. Pour quelques zeuros (et un zeureux), ce OneStep (l’original) vient de me rejoindre … Et oui, il est assez iconique (j’allais dire beau-joli-sympa … mais les goûts et les couleurs …).

Finalement, un mois bien rempli qui n’a plus qu’à passer le flambeau à son successeur. Bienvenue novembre …

 

0